Accéder au contenu principal

Quel imprimeur en ligne se fera racheter par Amazon ?





On me demande assez souvent si Amazon va se lancer dans l’imprimerie en ligne… et généralement, la question qui suit concerne l’opérateur qui pourrait se faire racheter par la même occasion. De mon point de vue – et vous le connaissez forcément si vous suivez mes publications – la première question à se poser n’est plus SI, mais QUAND Amazon démarrera son offensive dans l’imprimerie en ligne.
J’en suis convaincu, ce marché attire le géant de Seattle car il dispose de toutes les caractéristiques “intéressantes” pour lui : produit globalisé, avec relativement peu de variantes par pays, gérable localement en termes de logistique, demande en croissance tant sur le marché des particuliers que des professionnels, et forte capacité de disruption du marché… Car oui, après 20 ans de développement selon un modèle quasi-unique, le marché de l’imprimerie en ligne est à l’aube d’une disruption qui rebattrait les cartes en Europe et aux USA. Et puis, les tests réalisés discrètement depuis 2 ans sur Amazon Custom montrent que l’entreprise teste ce secteur.

Après, ce qui reste à déterminer, c’est la question du COMMENT Amazon se lancera sur ce marché…
Il y a le COMMENT relatif à l’offre produits, et le COMMENT relatif aux modalités.

FOCUS SUR LES PRODUITS PHOTOS ET LES IMPRIMÉS DE “COMMODITÉS”

Vous le savez mieux que moi, l’imprimerie couvre un très large scope de produits, des plus simples aux plus complexes… Il en est de même pour le web-to-print : grâce à cette technologie, il est possible de personnaliser une “bête” carte de visite comme d’éditer le contenu d’une brochure de plusieurs dizaines de pages, pour gérer une traduction en plusieurs langues. Personnellement, je crois que la future offre d’imprimerie d’Amazon pourrait se cantonner :
  1. Aux imprimés de commodités, du type cartes de visite, flyers, dépliants, affiches, têtes de lettre… ainsi qu’aux brochures et albums photos
  2. Aux supports de signalétiques comme banderoles, bâches, panneaux rigides, kakémono et rollups 
  3. Aux objets publicitaires personnalisés : stylos, goodies, casquettes, mugs…
Avec cette offre, Amazon pourrait répondre tant aux besoins des particuliers (sphère de l’offre “produits photos”) qu’à ceux des PME et artisans (“commodités business”), via sa plateforme Amazon Business.

Le tout, avec les prix et les garanties Amazon… et là se pose la seconde partie du “COMMENT”.

L’IMPRIMERIE EN MODE FBA

Les produits vendus sur Amazon sont de deux types :
  • Vendus et distribués par un marchand tiers, selon le principe du dropshipping. C’est ce que l’on appelle le “Fulfilled by Merchant” (FBM) chez Amazon
  • Vendus et distribués directement par Amazon, depuis ses entrepôts. C’est ce que l’on appelle le “Fulfilled by Amazon” (FBA).
En FBL, il est déjà possible de vendre des imprimés sur Amazon, y compris en intégrant des options de customization en ligne via le module Amazon Custom. De nombreux imprimeurs le proposent aux USA, et en France, chez Adesa, c’est ce que nous avons réalisé pour l’impression d’étiquettes personnalisées.
Néanmoins, pour “scaler” son business, et partir à la conquête d’un marché, Amazon s’appuie généralement sur sa propre offre, garante d’une qualité de service au top et de prix très agressifs. Pour cela, elle aura donc besoin d’internaliser d’une façon ou d’une autre l’impression.
Et là, je vois deux pistes :
  1. Intégrer des unités de production à des entrepôts existants. Concrètement, placer des machines numériques et des unités de finition, comme FedEx l’a fait aux USA. Cela n’a rien de compliqué ni de véritablement coûteux à l’échelle d’Amazon, mais cela reste un nouveau métier à comprendre et à intégrer, et je pense que ce dernier point est source de retard et d’erreurs potentielles
  2. Racheter un opérateur qui dispose du triangle magique : marque / production / technologie afin de permettre à Amazon d’aller vite sur le marché, et de lancer une offre qui prenne tout le monde de vitesse par son avance. 
D’un point de vue d’analyste du marché, j’opterai plutôt pour la seconde option. Maintenant, qui serait susceptible d’intéresser Amazon ? Je ne crois pas que les majors de l’imprimerie en ligne soient pertinents, car ils sont déjà trop gros, trop lourds en fonctions centrales, trop éloignés de l’état d’esprit startup, peut-être trop chers… et souvent pas assez ouverts sur des technologies tierces. Je pencherai plutôt sur l’une des étoiles montantes de l’imprimerie en ligne, hyper-agile, avec un modèle “scalable” et une culture de startup, bien compatible avec l’esprit Amazon.
Aujourd’hui, j’en vois deux, peut-être trois qui se dessinent :
  1. Printful : la startup lituanienne a déjà conquis les États-Unis, avec une très forte croissance. Elle propose un catalogue d’imprimés assez riche, à « plugger » à son site eCommerce, avec des APIs, des connecteurs vers Amazon et elle développe des unités de production aux USA et en Europe. Parallèlement, Printful propose une appli mobile pour que les vendeurs puissent gérer facilement le catalogue qu’ils ont intégré à leur site, et pilotent leurs vente. Je me trompe sûrement, mais je trouve Printful hyper-compatible avec Amazon… en termes de culture, de marque et de capacité de production… bref capable de lui apporter la puissance de feu nécessaire pour disrupter le marché, comme cela s’est produit sur d’autres secteurs auparavant
  2. Canva: autre startup à la croissance fulgurante, Canva est moins un service d’imprimerie en ligne qu’un outil de création. Bannières, cartes, … vous pouvez tout créer à partir d’une banque de modèles et grâce à un éditeur hyper-intuitif. Et désormais, Canva vous propose des tirages imprimés, même si l’offre est encore embryonnaire. Si Amazon voulait proposer des modèles à personnaliser, Canva serait un choix intéressant, mais je ne suis pas sûr que ce soit cet axe qui soit retenu
  3. GoGoPrint : inconnu en Europe, GoGoPrint est un imprimeur en ligne australien qui se développe très fortement en Asie-Pacifique, zone où Amazon cherche à se développer et à se renforcer. 
Il y en a forcément d’autres, mais c’est un peu mon pronostic du tiercé… 
En tout cas, je n’ai aucun doute sur le fait que notre marché va voir un nouvel opérateur arriver, et pas des moindres. Reste à s’y préparer en anticipant, pour proposer une offre de valeurs différente et complémentaire.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…