C! Print 2020 : un vent de fraicheur sur l'imprimerie

Conférence sur C! Print ©Adesa

Le salon C! Print vient de fermer ses portes, les stands se démontent et tous les exposants rêvent d'une séance de massage des pieds… J'ai eu la chance d'y passer deux folles journées, sur le stand Adesa Etiquettes et en tant que conférencier. L'occasion de beaucoup de belles rencontres et de superbes échanges. A l'issue de ce salon, je retiens principalement 3 axes que je partage avec vous…

Le boom du web-to-print, entre marketplaces, supermarchés et magasins d'usine 

En 2013, lorsque j'ai commencé à participer à C! Print, d'imprimeurs en ligne il n'y en avait qu'un, que la plupart des autres exposants regardaient comme un OVNI. En 2020, j'ai compté près de 10 exposants, avec plusieurs très grands stands… Il faudra bientôt un pavillon dédié à l'imprimerie en ligne à ce rythme…

Le stand Exaprint avant le rush des visiteurs sur le nouveau kit revendeurs ©Exaprint

L'équipe Realisaprint.com sur son stand ©Realisaprint



En termes d'innovation, Exaprint et Réalisaprint dévoilaient sur ce salon un nouveau kit de démonstration pour les revendeurs. Chez Realisaprint.com, les revendeurs pouvaient également toucher du doigt pour la première fois les nouvelles gammes d'étiquettes adhésives.

Helloprint présentait sur son joli stand, Connect, sa gamme de solutions à destination des revendeurs.
La très dynamique team de Helloprint avec sa super machine à café ©Helloprint

Online Printers et PixartPrinting disposaient également de beaux stands.
Le stand PixartPrinting ©C! Print

OnlinePrinters présentait l'ensemble de ses solutions sur son stand ©Caractère


Si l'on se met 2 secondes à la place d'un revendeur à la recherche d'un prestataire, je pense que le choix a dû être compliqué, tant l'offre se standardise… On sent d'ailleurs que les majors de l'imprimerie en ligne éprouvent des difficultés croissantes à se différencier autrement que par le prix et la qualité de service. Seuls modèles vraiment en rupture, l'Imprimerie Européenne avec ses ambitions de place de marché du print avec un "fabless" assumé, et Print.com, un nouvel acteur dans l'horizon européen, avec un modèle centré sur l'expérience utilisateur au service des revendeurs.

Impossible de manquer le stand de l'Imprimerie Européenne à l'entrée du salon ©C! Print

Un avion s'était posé sur le stand de Print.com, attirant la curiosité de bien des visiteurs ©C! Print



A l'inverse, plusieurs opérateurs de taille plus modeste semblaient tirer leur épingle du jeu par une approche différenciée, moins lissée mais plus authentique. Je reviens de ce salon plus convaincu que jamais qu'à côté des gros "supermarchés" de l'imprimerie en ligne, une multitude de shops de producteurs va se développer, avec la puissance et la réactivité du producteur, et la garantie d'une fabrication locale.

Grosse affluence sur le stand du producteur français d'étiquettes adhésives Adesa ©Adesa

Autre imprimeur d'étiquettes a avoir pris le virage web avec succès, Yetiq.pro ©Yetiq

Nettl a attiré de nombreux visiteurs par l'originalité de son concept global ©C! Print


J'ai eu la chance d'animer deux conférences consacrées au web-to-print, et à chaque fois, j'ai été surpris par le nombre de personnes présentes et par les feedbacks reçus… On sent clairement que l'imprimerie en ligne est un sujet majeur, et pas uniquement chez les "gros". Beaucoup d'imprimeurs et de fabricants veulent y aller, se renseignent et sont prêts à se jeter à l'eau. J'ai ainsi pu recueillir le retour d'expérience de sociétés comme Korus, L'Imprimeur du Roi et Packitoo, trois exemples de ce qu'il est possible d'inventer ou de réinventer grâce au web, et sans être côté au Nasdaq.

La prise en compte environnementale

L'autre axe qui m'a semblé particulièrement mainstream sur ce salon, c'était l'éco-responsabilité… Conférences sur le RSE avec retour d'expérience de Synia, solutions d'impression, matières, gammes de produits dédiées comme les étiquettes adhésives personnalisées Smartlabel en matières recyclées ou compostables… on sent – et c'est tant mieux – que le sujet intéresse industriels et distributeurs, sous la pression de leurs clients. Cela impacte aussi l'imprimerie en ligne car le client recherche le meilleur rapport prix / impact environnemental, et ça aussi c'est nouveau.

Champion du RSE, le montpelliérain Synia dévoilait de nombreuses nouveautés sur son stand ©C! Print

L'arrivée d'une nouvelle génération

En conclusion, ce que je veux retenir de ce salon, c'est la notion de renouvellement… J'ai senti avec bonheur que beaucoup de nouveaux acteurs s'emparent de l'imprimerie, sans tabous, sans à priori, sans peur… Avec gourmandise et ambition, ils veulent créer, renouveler et imaginer une nouvelle imprimerie, à cheval sur le web et l'hyper-local, avec des valeurs et de l'inventivité. C'est ébouriffant et très enthousiasmant, cela m'évoque ce que l'on peut voir ailleurs, dans la cuisine, l'agriculture ou la déco… et franchement, c'est tant mieux.

Dernier mot, un grand bravo aux organisateurs de ce salon pour savoir se renouveler chaque année, et faire de ce salon C! Print un carrefour incontournable de notre industrie à l'échelle européenne.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Imprimerie : qui seront les gagnants et les perdants dans le monde post-Covid ?