Web-to-print open source : ça avance !

Le web-to-print a longtemps échappé à l'open-source, notamment parce qu'il reposait jusqu'à présent sur des technologies de composition propriétaires, type Adobe, Quark ou Pageflex.
Mais les progrès de Flash, du HTML, du PDF, et l'apparition de logiciels de PAO open-source tel que Scribus, conduisent inéluctablement à l'apparition de solutions web-to-print Open-Source.

Je vous avais parlé par exemple de projets tels que Calenco, WaterColor (Flex) ou ProduceAndPublish.

Voici qu'aujourd'hui, une révolution pourrait venir d'un journal de Bangor, dans le Maine (spéciale dédicace aux fans de Stephen King).
Ils ont mis au point un process inventif qui combine la puissance de plusieurs solutions éprouvées :

  1. Google Docs : les journalistes composent leurs articles dans ce traitement de texte en ligne, en bénéficiant des fonctionnalités collaboratives du traitement de texte de Goole (annotations, écriture à plusieurs, versionnement)
  2. Wordpress : via la simple fonction de partage de Google Docs avec un utilisateur spécifique, l'article est automatiquement envoyé vers Wordpress qui se charge de le publier en ligne sur le site du journal.
  3. Indesign (desktop) : parallèlement, l'article tombe dans la corbeille du secrétaire du rédaction qui, depuis Indesign, n'a plus qu'à finaliser la mise en page sans effectuer le moindre copier-coller.
Peu ou pas de technologie coûteuse, des outils puissants et complémentaires, voici l'archétype d'une solution originale et inventive... dont le Bangor Daily News vient de surcroît de rendre le code public.

Si le sujet vous intéresse, voici une vidéo qui donne plus de détails. Et quelques liens pour creuser le sujet :

Commentaires

Articles les plus consultés

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud

PIM : Akeneo 1.6 est disponible en open-source