Accéder au contenu principal

Abécédaire du E-Commerce :
G comme...


G



  • Géolocalisation (adresses IP) : dès que votre boutique va être ouverte, vous allez déclencher des achats. Surtout s'ils s'agit de biens de consommation courante. Des achats qui risquent probablement d'avoir comme origine l'Afrique de l'Ouest. Avec parfois des incohérences entre adresses de livraison et de facturation. Donc si vous voulez éviter fraudes et impayés, un bon moyen peut consister à géolocaliser les adresses IP des acheteurs de façon à vérifier si elles sont cohérentes avec les adresses de facturation et de livraison. En cas de décalage important, vous serez alors prévenu et vous pourrez procéder à des vérifications avant de livrer vos produits.

    • Give to get : un de ces maximes dont le web raffole. “Donner pour recevoir” : mais il faut bien avouer que cela fonctionne. Qu’il s’agisse d'une offre freemium, d'objets gratuits, d'infos pratiques, plus le visiteur aura l'impression de retirer de votre site du “positif ” de façon gratuite, plus il aura envie d'acheter ou de renouveler ses achats. Mais le “give”, ça doit scénariser intelligemment et se planifier, de façon à créer l'évènement et à maintenir la flamme tout au long de l’année.

    • Google : dès que l'on se lance dans un projet de commerce électronique, il faut être pragmatique et ne jamais perdre de vue la finalité ultime qui est générer du revenu. Le revenu passant par l'audience, et l'audience étant souvent liée (mais pas que) à la façon dont Google va indexer votre site, il faut donc construire un site Google-friendly. Les arbitrages graphiques et technologiques doivent donc se faire suivant cet axe : ce choix sera-t-il préjudiciable ou non à mon indexation dans Google ? Cela peut paraître arbitraire comme raisonnement, mais il s'agit d'une mesure de salut qui ne produira globalement que des effets positifs.

    • Green : sans tomber dans le travers du greenwashing, qui consiste à mettre du vert partout en baratinant, dans l'espoir de berner ses clients, il est indéniable que des arguments écoresponsables peuvent permettre d'emporter la décision d'achat d'un client. Lorsque vous sélectionnez vos producteurs, vos transporteurs ou vos hébergeurs, intégrez toujours la dimension écologique dans vos critères, de façon à pouvoir valoriser ces aspects-là dans vos futurs argumentaires.

      • Grille : une bonne mise en page papier repose toujours sur une grille de base qui définit les proportions et les alignements des éléments graphiques. En web, il en est de même : quand vous concevez une nouvelle interface, ne partez pas dans tous les sens. Appuyez-vous sur des grilles standardisées, elles faciliteront l'intégration en CSS et elles permettront d'établir une harmonie tout au long de la navigation sur votre site.

      • Gris (niveaux de) : en arts graphiques, lorsqu'on dessine un logo, on dit qu'il faut toujours commencer par le concevoir en noir et blanc. Puis le passer en gris. Et s'il fonctionne toujours, s'il est toujours lisible, passer enfin à la mise en couleur. Pour une interface web, il doit en être de même : n'oubliez jamais que vos visiteurs peuvent avoir des problèmes de vision, ou tout simplement, travailler sur des écrans mal calibrés. Construisez donc vos interfaces de façon à ce qu'elles fonctionnent en niveaux de gris. Si un bouton est compréhensible sans information de couleur, alors vous aurez atteint votre objectif. Vous pensez que j'exagère ? Prenez l'exemple des boutons de validation qui ne diffèrent des autres que parce qu'ils sont en vert. Et posez-vous la question de la façon dont ils peuvent être compris par des daltoniens...

      Commentaires

      Posts les plus consultés de ce blog

      Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

      Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
      Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
      En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

      Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
      copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

      RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

      Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
      Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
      La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
      Je pense sincèrement que ce…

      Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

      L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
      Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
      Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
      Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !