Accéder au contenu principal

Train de vie des blogueurs : j'ai dû louper un truc...



Je viens de tomber par hasard sur le blog d'un certain Olivier Roland, qui se targue d'être un blogueur pro et de réaliser 14 000 € de chiffre d'affaires par mois. 14 000 € par mois (bling ! c'est le bruit de moi tombant de ma chaise).

Re-Scoop ! Il révèle même combien gagnent les “blogueurs français” (eh oui, il y a bien des concombres espagnols). Et là, je retombe de ma chaise pour la seconde fois consécutive : un certain “Jean de webmarketing junkie” annonce 11 000 € par mois (de CA ?) pour 15 heures de travail par semaine. Seulement.

Bah là, je dis : “chapeau les gars”.

Chapeau déjà, pour balancer ces infos sur le net comme ça, cash. J’espère pour vous que c’est vrai, parce que je suis sûr que la Direction des Impôts va adorer vos révélations.

Chapeau également, parce que moi alors, je dois être un pauvre looser.
Allez, je vais moi aussi lancer un scoop.
Je vais vous révéler...

COMBIEN QUE JE GAGNE GRÂCE A MON BLOG DE PRO

(roulements de tambours...) Depuis 2 ans, je bosse en moyenne 2 heures par soir, une fois que les petits sont couchés... soit 12 heures par semaine (seulement, car je ne travaille pas le dimanche soir !) pour un chiffre d'affaires annuel estimé de :  0 (zéro) €. Tadaaaaaaa !

Si ça c'est pas de la loose....
Bon ok, je suis une feignasse, je rédige pas tous les soirs. Les 2 heures me servent surtout à faire de la veille, à twitter et à tester ce qui sort sur le marché... Mais ça a le mérite d'alimenter mon blog. Je réseaute aussi pas mal...

Je ne gagne donc pas un rond >>> Bah aussi, je le cherche bien : il n'y a ni ad-words ni pub sur mon site, à l'exception d'une bannière gracieusement offerte à my-expresso.fr, mais en même temps, c'est un projet dont je m'occupe.
Et également de temps à autres des bannières gratuites pour des associations que j'aime bien.

Décidément, je ne suis qu'un looser... pro. ;-)

Commentaires

  1. Quand il n'y a pas d'argent il reste la gloire !!

    RépondreSupprimer
  2. On a d'autant plus de mérite que l'on blogue pour rien, non ?
    Les lecteurs, leurs commentaires, la reconnaissance de nos pairs parfois, et surtout le plaisir que l'on a à bloguer et partager, ça n'a pas vraiment de prix... Bon, ceci dit, si nos articles pouvaient apporter un peu d'argent de poche à la fin du mois, je ne dis pas non ;)

    RépondreSupprimer
  3. Héhé, c'est tout à fait ça Fabienne. Mon blog m'apporte beaucoup de satisfaction, en plus du plaisir d'écrire. Et puis il m'a permis de faire beaucoup de rencontres très enrichissantes !

    RépondreSupprimer
  4. ecoute, je vends la méthode pour faire du pognon facile sur internet, pour 100 euros, je l'ai vendu à 1000 pigeons, enfin clients et j'ai un CA de 100 000, tu peux devenir mon affilié si ça te dis, envoie les sous sur mon compte en COte d'ivoire, par contre, pour débloquer les sous.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…