Accéder au contenu principal

Le e-Commerce, une chance pour les départements ruraux : l'Aveyron, future Silicon Valley ?





“Le e-commerce, une solution d'avenir en Midi-Pyrénées” : tel est le titre d'une étude exclusive La Poste-Coliposte/IPSOS sur les pratiques et usages du e-commerce en Midi-Pyrénées.

La Dépêche du Midi nous en révèle les principaux résultats, qui pour la plupart, paraissent évidents :
  • facilité d'usage
  • aspects pratiques
  • délais de livraison
Mais il en est un qui a attiré mon attention. Je cite “le e-commerce contribue à réduire les inégalités face à l'éloignement des zones commerçantes.”
Et oui, quand on habite en zone rurale comme moi, à sans Ikea ni Fnac à moins de 200 kms à la ronde, le commerce électronique est la seule solution pour se procurer certains articles. Bon, je vous rassure, on vit très bien sans Ikea ni Fnac.
Mais bon, il faut reconnaître qu'à la base, ça ne renforce pas l'attractivité du territoire. Cela prouve en tout cas que le e-Commerce a une vraie dimension sociale, pas que “business”.

Ce que j'espère du fond du cœur, c'est que nos femmes et nos hommes politiques mesurent enfin le formidable potentiel de croissance que représente le commerce électronique pour désenclaver les territoires ruraux, Aveyron en tête.

Pour résumer ma vision, le commerce électronique :
  • ça peut lutter contre l'isolement des territoires ruraux, et rétablir un équilibre social entre les départements
  • ça peut développer des filières économiques existantes, en leur permettant de sortir de leurs frontières géographiques : notamment l'agriculture et l'artisanat
  • ça peut créer des emplois, car c'est un domaine qui embauche fort et pleins de secteurs différents !
  • ça peut susciter des filières de formation : pour info, il n'y a que très peu d'écoles qui forment au commerce électronique, en particulier en formations initiales courtes (IUT ou BTS). Et à l'inverse, il y a de la demande pour de la main d'œuvre qualifiée
  • ça peut valoriser des zones géographiques : le commerce électronique a besoin d'espace, pour stocker les marchandises et pour héberger des data centers. Qui dit espace dit foncier, et justement, en milieu rural, le foncier ne coûte pas cher ! Donc si un département a la chance de disposer de grandes surfaces facilement aménageables, dans des coins sympas, à proximité de réseaux logistiques et d'artères technologiques, il a un fort potentiel.... Tiens tiens, mais ça ressemblerait pas à l'Aveyron ça ?
Bah oui messieurs mesdames, l'Aveyron a une formidable carte à jouer dans ce domaine.
On a l'A 75 qui nous positionne à mi-chemin entre le Sud de la France et le Centre, en retrait des voies d'accès à l'Espagne et à l'Italie. Le long de l'A 75, on a de la fibre optique, idéale pour des échanges informatiques.
Le long de l'A 75, on a de grandes zones qui peuvent héberger à faible prix des data centers et des zones d'entreprosage (pas sûr de l'orthographe, désolé).

Et puis on a un cadre de vie idéal, la campagne et les grands espaces à 1 heure de la mer. 
Bref, tout pour constituer une vraie Silicon Valley à la française.

Alors si par chance un(e) élu(e) local(e) pouvait lire ce billet, qu'il n'hésite pas à me contacter, je suis prêt à l'aider bénévolement pour réfléchir à développer le e-Commerce en Aveyron... ou dans n'importe quel autre département rural.

Car rural je suis, rural je suis né et rural – je l'espère – je resterai.
;-)



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…