Accéder au contenu principal

Avec Heidelberg, le web-to-print entre dans l'ère industrielle



Circonspection. C'est le mot qui convient pour désigner la manière dont les imprimeurs ont pendant longtemps observé le web, en plus particulièrement, le web-to-print. Quelques "early adopters" se sont jetés dans l'aventure, essuyant les plâtres de technologies encore jeunes.
Mais petit à petit, le sentiment de voir le train s'éloigner sans pouvoir monter à bord a commencé à titiller de plus en plus de professionnels. Et fort logiquement, les constructeurs de presses d'imprimerie ont suivi le mouvement.
Confronté à la concurrence du numérique, au déclin de l'offset et à la croissance de l'imprimé personnalisé, Heidelberg a entamé un changement de stratégie drastique. Au début 2011, il s'est en effet allié à Ricoh pour proposer une gamme de solutions d'impression numérique, en combinant la souplesse des systèmes d'impression numérique à la puissance de Prinect, son flux de production. Désormais, avec un seul "cockpit", les imprimeurs peuvent piloter toute leur production, quelle que soit la technologie de sortie utilisée.

Mais Heidelberg ne s'est pas arrêté en si bon chemin. Face à la demande croissante de solutions web prêtes à l'usage, un accord mondial avec Bitstream vient d'être annoncé. Bitstream PageFlex, je vous en parle depuis longtemps dans ce blog : il s'agit de l'un des précurseurs du web-to-print, qui loin de Quark ou Adobe a développé ses propres solutions.



Ce partenariat a été dévoilé lors du dernier Graph Expo. Il prend le nom de Prinect Web-to-print Manager, ce qui illustre parfaitement le concept. Heidelberg entend ouvrir l'imprimerie au web, en permettant aux imprimeurs de se créer une vitrine en ligne intégralement connectée avec leurs outils métiers. C'est là que réside la force de l'offre : les imprimeurs seront sûrement sensibles à la signature Heidelberg, et à la garantie que ce nouvel outil qu'elles ne maîtrisent pas se fondra dans leur environnement de production industriel.

Pour l'instant, on ne peut s'en tenir qu'au communiqué de presse, mais visiblement, l'offre comprendra un kit complet, proposant un storefront web, des modèles, un système de personnalisation et d'automatisation des processes d'impression. Il est probable que les systèmes de preflight et de jobacceptance soient également intégrés.

Aucune info tarifaire à ce stade, mais connaissant les solutions PageFlex, il y a fort à parier que des modes de financement en SaaS ou en ASP soient proposés. Et puis, sur un devis de presse offset, ce n'est pas ce qui devrait peser le plus lourd ;-)

L'imprimerie continue sa mutation, qui s'accélère à la faveur des partenariats et des fusions-acquisitions. Chers amis imprimeurs, n'hésitez plus, jetez-vous dans le bain !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…