Accéder au contenu principal

Métier tendance : Brand Manager

Les réseaux sociaux chamboulent l'organisation de sociétés, c'est peu de le dire. Ce sont les services marketing qui sont le plus concerné. Face à la quantité de canaux à adresser, ils ont dû réfléchir à de nouvelles organisations pour faire face à la dispersion de l'information. On a ainsi vu naître l'an dernier ce nouveau métier de "community manager" (ex-curator), sorte d'archange des réseaux sociaux.
Mais un autre métier est en train de prendre de l'importance : celui de brand manager.
Il suffit de jeter un coup d'oeil à la quantité d'offres d'emploi relatives à ce métier. Voici par exemple la tendance Google Trend observée au Royaume-Uni, c'est assez édifiant.



Le Brand Manager est garant de l'intégrité et de la vie d'une marque. Car oui, désormais, la marque est une entité à part entière dans l'entreprise, qu'il s'agit d'élever, de contrôler, de surveiller et de valoriser. La marque a une valeur, matérielle et immatérielle, et les menaces envers son intégrité ne manquent pas. Le Brand Manager devient ainsi le gardien du temple, chargé de veiller à ce que personne en interne ou en externe ne nuise à la marque. Il (ou elle) s'implique dans toutes les actions qui peuvent concerner de près ou de loin la marque, et dieu sait qu'il n'en manque pas.

Il y a un peu moins de 10 ans, j'ai conduit la refonte de l'image de marque d'une multinationale, implantée sur 5 continents. Ce qui au début paraissait simple ("on va juste changer le logo et la baseline") est devenu au fil du temps un travail titanesque. Nous avons petit à petit pris conscience que la marque ne se résumait pas à un simple logo, mais qu'elle transpirait par tous les pores de l'entreprise. La marque était partout, le logo aussi, et il fallait veiller à ce que personne ne se mette en tête d'apporter sa petite touche personnelle. C'était il y a 10 ans, et le web 2.0 n'était pas encore passé par là.

Brand Manager donc, une nouvelle facette du marketing, qui participe à mon avis à la dynamique de la CMI. On crée des métiers transversaux, on casse la logique du canal par canal, et on rationalise pour une meilleure efficacité. Décidément, le marketing d'entreprise n'a pas fini d'évoluer !

P.S. : si parmi mes chers lecteurs se trouvait un(e) Brand Manager, je serai ravi de l'interviewer pour qu'il ou elle nous explique son quotidien.


Commentaires

  1. Bonjour,

    Intéressant, je n'avais pas encore entendu parler de ce nouveau métier.

    J'avoue que je peine un peu à voir la différence avec le Community manager. Pour moi, le CM est bien le porte-parole de la marque donc le garant de son intégrité, comme le brand manager non ?
    La seule différence que je vois est que l'un (le CM) interagit exclusivement sur le net alors que l'autre (le brand manager) intervient dans tout document de com' externe comme interne d'ailleurs...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…