Accéder au contenu principal

"Fin annoncée de Flash" dans le web-to-print : on va tous mourir !!!!!



Je sais pas si vous avez lu l'article d'Antoine Gaillard sur Graphiline intitulé sobrement "Confidentiel - les conséquences graves de la mort annoncée du langage Flash pour les imprimeurs", mais il vaut son pesant de cacahouètes.

Pour résumer, il nous explique que :

  1. ayé, Flash est mort, c'est acté puisque après Apple iOS, ni Windows 8 ni IE 10 ne le supporteront plus
  2. que donc tous les imprimeurs qui font le choix de solutions web-to-print en Flex vont voir leur solution s'arrêter du jour au lendemain, et ça, c'est très grave
Je caricature un peu... mais y'a de ça.
Chers lecteurs, attendez un peu avant d'immoler votre directeur informatique et votre responsable des achats sur le parking, en les maudissant d'avoir recommandé un système en Flex.
  1. Flash n'est pas encore tout à fait mort. Il bouge encore, et comme qui dirait, il a de beaux restes. C'est sûr que le fait que Microsoft et Apple délaissent ostensiblement ce format est de mauvais augure. Mais d'une part, Windows 8 est loin d'être sorti, d'autre part, il faut réfléchir en termes de durée d'investissement. Actuellement, la grande majorité des utilisateurs travaille encore en Windows XP ou Vista, sous IE 7 ou 8. Donc même si Microsoft Windows 8 sortait demain, il faudrait attendre 2 ou 3 ans avant que cela ait un véritable impact sur le marché, d'autant qu'aujourd'hui, le taux d'adoption du lecteur Flash reste très élevé sur les ordinateurs en service dans les entreprises.
  2. Adobe n'est pas né de la dernière pluie : ils ont pris depuis longtemps conscience du danger qui les guettaient, et toutes les initiatives prises pour proposer des passerelles entre le Flash et le HTML 5 témoignent d'une volonté de ne pas laisser échapper ce marché. Je vous fiche mon billet que les prochaines versions de Flex permettront d'exporter des apps soit en Flash, soit en Ajax.
  3. Les éditeurs de plateformes ne vont pas attendre sans rien faire. Après tout, vous n'achetez pas une solution à Adobe, mais à un éditeur précis, qui a une obligation de continuité de service. Donc même si Flash s'arrêtait, votre éditeur vous proposerait fort logiquement une mise à jour dans un autre environnement, tel que Ajax. Au pire, vous en seriez quitte pour payer un upgrade.
  4. Méfiez-vous du coup de pied de l'âne : perdu pour perdu, qui vous dit qu'Adobe ne va rendre son format Flash open-source, rien que pour embêter ses concurrents ? Dans le monde des tablettes par exemple, Samsung utilise Flash comme un véritable argument commercial pour tacler l'iPad, cela pourrait donc les intéresser. Et puis n'oublions pas qu'un revirement de dernière minute de la part de Microsoft est toujours possible, ce ne serait pas la première fois...
Donc, on se calme, et on boit frais ;-)

Toutefois, l'article d'Antoine Gaillard a le mérite d'insister sur un point : au-delà même de Flash, il pose la question des formats propriétaires. Aujourd'hui, il paraît en effet judicieux de privilégier les formats standards et non-propriétaires, garants d'une plus grande durabilité des solutions. Je vous invite d'ailleurs à relire le post que j'avais publié il y a plus d'un an, dans lequel je listais 10 points essentiels à analyser lors de la sélection d'une plateforme web-to-print.

Dans le web-to-print, tout le monde n'a pas fait le choix du Flex, comme j'en témoigne régulièrement dans ce blog. Par exemple, dans les projets sur lesquels je travaille, nous privilégions depuis longtemps les interfaces 100% en Ajax, que ce soit dans nos offres grands publics (telles qu'Expresso) ou dans des systèmes B2B. Il nous est apparu en effet, après d'âpres discussions, que cet environnement était plus viable, même si par certains côtés, il apparaissait plus contraignant fonctionnellement. Personnellement, j'étais plutôt partisan du Flex, mais mes collègues m'ont démontré l'intérêt de miser sur des technos plus standards.

D'autres éditeurs ont fait ce choix : Quark avec QPS WebHub (si mes informations sont toujours exactes), Stepnet Ingéniérie avec SmartPublish... et PrintFlux aussi je crois, bien que je connaisse moins bien cette solution.

En conclusion : restez serein, mais redoublez de vigilance au moment du choix de vos technologies, en ne perdant jamais de vue la durée de vie de vos systèmes. Il faut mettre en rapport les choix technologiques et la durée de vie de vos équipements.

Bon allez, je vous laisse, je sens que ça va troller ;-)


Commentaires

  1. Bonjour Ludovic,

    J'ai bien rigolé en lisant le cri du coeur de Graphiline. Je ne sais pas si ils ont publiés mon commentaire, mais Microsoft n'a pas vraiment annoncé la fin de Flash ! Flash est exclu de Windows 8 METRO. Et ce Metro là, c'est la partie mobile de Windows 8, donc les smartphones et tablettes.

    La version desktop, aux dernières nouvelles supportera toujours Flash, car les problèmes d'autonomie et de puissance ne posent aucun soucis.

    Et pour ce qui est de SmartPublish, j'en parle en connaissance de cause ;-) il n'y a toujours pas de Flex dedans, et ce n'est pas au programme. Bien au contraire, on reste sur du 100% Ajax, avec un recentrage vers jQuery.

    On utilise chez Stepnet du Flex pour une autre application, et dans le monde de l'entreprise, comme tu le souligne… on aura déjà complètement écrit 3 versions de l'appli (vers du HTML5 surement) avant que le marché soit sous Windows 8.

    Le web-to-print imprimeur est plus sensible à ces évolutions car bien plus B2C.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…