Accéder au contenu principal

Quel est le meilleur outil d'Asset Management pour les graphistes ?

Organiser ses travaux de PAO n'est pas une mince affaire. Surtout lorsqu'on a beaucoup d'images à stocker, des versions et des révisions de fichiers à gérer, et qu'il faut naviguer entre des photos, des fichiers Quark ou Indesign, des montages vidéos ou des animations Flash.
Les outils classiques de bureautique tels que le Finder ou l'explorateur Windows ne suffisent pas : ils ne gèrent pas le versionning des fichiers, ils permettent difficilement d'associer des métadonnées aux documents, et ils ne sont pas adaptés à un travail en petits groupes.
Certes, il existe des solutions dédiées aux arts graphiques, qui gèrent tous ces aspects-là (cf. Widen ou Adam), mais elles coûtent souvent plusieurs dizaines de milliers d'euros : alors comment faire lorsqu'on est une petite structure, avec peu de moyens ? Ou pire, quand on est tout seul ?



Rassurez-vous, il existe des solutions pratiques et pas chères (voire gratuites) de Digital Asset Management.
Pour ma part, j'en ai retenu trois :
  • Adobe Bridge : et oui, si vous faites partie de celles et ceux qui se demandent à quoi peut bien servir cet étrange icône "Br" dans leur dock, sachez que c'est un excellent organisateur de fichiers, avec une orientation forcément arts graphiques. Il n'est pas exempt toutefois de défauts : je le trouve assez lent et gourmand en performances, et il ne gère plus le versioning si le partage en réseau de puis l'abandon de Version Cue. Toutefois, ces deux derniers aspects ont peut-être évolués depuis la CS5, je n'ai pas eu le temps de m'y pencher.
  • Gridiron Flow (cf. vidéo ci-dessus) : je vous en ai parlé à plusieurs reprises dans mon blog, mais je trouve ce logiciel vraiment génial. A la place des sempiternels explorateurs de fichiers, Flow propose en effet une cartographie de vos fichiers PAO : il scanne le fichier natif et affiche graphiquement tous les éléments qu'il utilise (photos, polices...). Utile pour organiser ses données, surtout que Flow facilite la réutilisation des médias d'un projet à un autre. C'est une nouvelle façon de penser son travail, mais qui porte rapidement ses fruits. Par ailleurs, Flow facilite la collaboration entre membres d'une même équipe en permettant de voir qui fait quoi. Un très bel outil, un peu 'tricky' à prendre en main, mais que j'aime beaucoup. Gros avantage, Gridiron propose une version gratuite de son logiciel appelée 'Essentials'. Et pour passer en premium afin de profiter de toute la puissance de l'outil, il ne vous en coûtera que 19 $ par mois
  • Enfin, pour les PCistes uniquement, il y a Daminion, un projet de DAM qui est encore en Beta. Et du coup, qui est gratos ;-) Mais franchement, il est très sympa
Il existe aussi des outils comme Zoom d'Evolphin, mais j'en parle peu car je n'ai aucune info tarifaire à son sujet.

Voilà, j'espère que ces tuyaux vous aideront à mieux vous organiser et à gagner en efficacité !
A+

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…