Accéder au contenu principal

Tarification Quark App Studio : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?



Quark vient de livrer une mise à jour de Quark Xpress 9, incluant la possibilité de créer des parutions prêtes à l'usage sur l'Appstore, pour une lecture sur iPad.
Je saluais il y a quelques mois cette initiative, car elle ouvrait enfin les portes de la publication sur l'Appstore aux graphistes de tous poils.
Sauf que... Quark vient de dévoiler les prix de cette offre.
Et que j'ai pas tout compris.
Je dirai même que je n'y ai rien compris du tout.
Une fois qu'on a acheté Xpress 9.1, on pourrait penser que la création et la diffusion d'une app serait incluse.
Bah non.
"Vous devez prévoir 4 types de coûts lorsque vous utilisez App Studio pour concevoir et publier pour l'iPad". Bon déjà, ça commence bien.

Ces 4 types de coûts sont :
  • Licence pour gabarit d'application App Studio Factory : de 199 à 1150 €
  • Pack de licences pour parutions App Studio : de 279 à 6800 €
  • Compte développeur Apple iOS : 99 $
  • Hébergement sur le Web : ???
Déjà, on ne comprend pas le pourquoi du comment, et ce qu'il faut acheter ou pas, et en quelles quantités.
Mais en plus, quand on voit les prix de certaines offres, on prend peur.

Je crains que la complexité de l'offre tarifaire nuise gravement au succès de cette formule. C'est dommage, car je pense qu'il y a une clientèle : je me mets à la place d'une agence de comm qui a des demandes pour ces clients. Si la promesse de Quark est séduisante et attractive, les prix sont un vrai tue-l'amour, surtout pour des publications one-shot.
Chers amis de Quark, des offres packagées "all inclusive" progressives seraient bienvenues, croyez-moi !

Commentaires

  1. En fait c'est assez simple (mais je me le suis fait expliquer des gens de chez Quark ;-)

    Le prix du gabarit d'application, c'est juste la perso de l'appli iPad. L'application peut accueillir un ou plusieurs titres. Et ces titres ont ensuite une ou plusieurs parutions.

    Le coût de l'appli (bizarrement nommé gabarit dans la grille) dépends donc de ce que l'on veut faire, ou du type d'organisation. Si je suis une grande entreprise qui diffuse de multiples supports avec une périodicité régulière, alors il me faut une appli multi-titres et multi-parutions.

    Si c'est pour faire un simple magazine, je peux prendre une licence mono titre, mais multi-parutions.

    Ensuite le coût des parutions est un coût fixe. Et pour le coup je trouve ça plus sympa que chez Adobe où l'on se fait ponctionner quelques gros centimes par exemplaires distribués.

    La grille et le vocable ne sont pas très simples, il faut avouer, mais le modèle est assez pertinent et souvent plus à l'avantage des éditeurs que le DPS d'Adobe.

    Le coût d'hébergement si j'ai bonne mémoire, est lié à une presta d'hébergement des contenus (parutions). Mais on peut le faire sur ses propres serveurs si l'on préfère.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, en effet, c'est la ru(i)ne ! Mais Madmagz arrive :)

    RépondreSupprimer
  3. @orfaz : merci pour ces précisions. Même si je taquine les gens de chez Quark, je pense que leur modèle a réellement besoin d'être packagé. Une offre simple, all-in-one... sinon les clients n'oseront pas sauter le pas.

    @Youssef : un scoop en perspective ? J'espère que tu m'en réserveras la primeur !

    RépondreSupprimer
  4. @ Ludovic
    OK, je t'écrirais peut-être avant : c'est la semaine prochaine :) C'est du lourd !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…