Accéder au contenu principal

e-Influence : le match Klout vs. Kred.ly vs. PeerIndex

Klout a suscité des vocations, cela va sans dire. Mesurer l'influence des bloggueurs et des tweetos est stratégique aujourd'hui, et dans ce domaine, plusieurs services se font la guéguerre. J'ai décidé d'en comparer 3 : Klout, la référence. PeerIndex, l'outsider. Et Kred.ly, le rookie, encore en beta et que j'ai pu avoir la chance de tester en avant-première.



Klout, on ne le présente plus ; interface sobre et très ergonomique, beaux indicateurs, information distillée au compte-gouttes, et points d'analyses limités mais pertinents : une évaluation de vos performances, la liste de vos domaines d'influences (désormais customisables), celles et ceux qui vous influencent ou que vous influencez, les listes dans lesquelles vous figurez. A cela s'ajoutent 3 fonctions assez sympa :
  • le "klout style", qui en fonction de votre activité, vous colle une étiquette : networker, socializer, specialist, broadcaster… c'est malin car cela ajoute une forme d'intelligence comportementale à l'analyse, et précise la nature de l'influence de telle ou telle personne
  • les perks : pour inciter les utilisateurs à Klouter, ce service propose une forme de rémunération (les PERKS) qui vous permettent d'activer des promos chez des partenaires…
  • Achievements : on retrouve ici le principe des badges de Foursquare qui en fonction de votre complétude vous attribue des labels que vous pouvez arborer crânement… comme ça :

PeerIndex est le concurrent "historique" de Klout. Son approche est plus technique, moins ludique. Il essaye de représenter vos domaines d'influences par des graphiques. Il vous compare à d'autres et rassemble des stats sur votre profil. On retrouve des fonctions similaires à Klout, mais avec ce petit truc en moins.


Et voici maintenant Kred.ly, annoncé comme le Klout-killer… Mouais, bof. Bof bof même. PeerIndex a cet avantage d'être plus détaillé que Klout sur certains points, moins graphique et plus factuel. Kred.ly lui est tout simplement quasi-illisible pour moi…
L'information n'est pas structurée, il remonte les tweets de mes followers alors que, clairement, ce n'est pas ce que je lui demande. Il m'affiche un score et des valeurs que je ne comprends pas… Idem pour le niveau d'influence des autres influenceurs…
Plusieurs onglets sont présents, mais l'information est redondante… Bref, c'est fouillis…



On va dire que c'est parce que c'est une beta…

Mais bon, pour moi désormais, y'a plus photo… Klout s'est imposé comme la référence dans ce secteur. Et sa victoire est à méditer pour tout concepteur-trice de web app. Il a réussi face aux autres pour les raisons suivantes :
  • il est sorti avant les autres, même si au début, des fonctionnalités manquaient. Donc, "ready is better than perfect".
  • son ergonomie est aux petits oignons
  • son look est travaillé, avec une forte identité graphique
  • les informations présentées sont soigneusement choisies, et très pertinentes
Un bel exemple de principe KISS en somme.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !