Accéder au contenu principal

Web-to-print : Quark Promote passe au webediting... mais avec Silverlight :p

QuarkPromote, c'est le nom du produit B2C lancé par Quark il y a plus de 1 an et demi maintenant aux USA et en Australie, et qui ambitionnait de concurrencer des systèmes tels que Vistaprint ou Tweak.com.
Le principal reproche que l'on pouvait faire à cet outil, c'était l'obligation de télécharger une application dédiée sur son poste pour pouvoir créer des documents personnalisés. Certes, cela présentait l'avantage de pouvoir travailler en offline... mais ce mode de fonctionnement est paru instantanément obsolète par rapport aux solutions d'édition en ligne, surtout à une époque où la plupart des ordinateurs sont connectés en permanence sur le web.



Après une longue période de silence, Quark vient de réagir en sortant aux Etats-Unis la version 2 de son offre. Il est désormais possible de personnaliser des modèles de documents en ligne, dans le navigateur. Et le client qui souhaite continuer à pouvoir travailler offline dispose toujours de l'application dédiée, qui devient du coup optionnelle.
Quark a enrichi son service à cette occasion : branding plus cohérent avec celui de la marque, site web plus clair (d'ailleurs assez proche de celui de Tweak.com, ce qui est marrant vu que les 2 services se concurrencent en Irlande), intégration de la capacité à générer des QR Codes, compatibilité Mac / PC...

Franchement, c'est un belle amélioration. Mais à l'heure des interfaces riches en HTML 5, j'avoue ne pas comprendre pourquoi le module de personnalisation des modèles est en... Silverlight !
Quand on sait que très peu de postes sont pré-installés avec ce plugin, c'est un véritable tue-l'amour ! Il m'a fallu procéder à 2 installations successives sur mon poste, sans compter une myriade de boîtes de dialogue d'alerte à propos de certificats de sécurité expirés... De quoi effrayer bon nombre de noob...
Quark aurait vraiment tout intérêt à développer un éditeur de mise en page en HTML 5 pour que Promote exprime tout son potentiel. Faute de quoi, bon nombre d'utilisateurs risquent de s'en détourner rapidement au profit d'autres services plus fluides.

Et sinon, c'est pour quand en France ???


Commentaires

  1. Bonne idée et déplorable exécution :) Après en effet le choix obsolète du download, celui de même de la techno (http://www.zdnet.com/blog/microsoft/will-there-be-a-silverlight-6-and-does-it-matter/11180). Je ne sais pas qui décide chez Quark sur ces matières, mais il resterait pas longtemps chez Madmagz :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !