Accéder au contenu principal

La catalogue papier va se prendre une grande claque par Google Goggles... pour son plus grand bien

Je suis chaud comme une baraque à frites un 15 août sur la plage de Palavas. Voici une semaine que je joue avec Google Goggles, et je n'en reviens pas du potentiel de ce nouvel outil de recherche. Franchement, ça donne le vertige... 

Je sais, je vous ai déjà parlé de Goggles. Mais honnêtement, ce truc va bouleverser l'imprimé. Sous toutes ses formes.



Le catalogue devient un porte d'entrée vers le web et le m-Commerce

Jusqu'à présent, j'avais surtout testé la reconnaissance de logos, d'oeuvres d'arts, de véhicules ou de paysages. Ce soir, je me suis amusé à conduire une petite expérience. 
J'ai ouvert un bon gros catalogue généraliste d'un VéPéCiste nordiste bien connu (pas les 3 hélvètes, l'autre). J'ai passé les pages jusqu'à atteindre celle des aspirateurs. J'ai étudié les caractéristiques des différents modèles jusqu'à en trouver un qui m'intéresse, puis j'ai scanné sa photo avec Google Goggles.

Et là... zou, Goggles a reconnu qu'il s'agissait d'un Dyson DC29db allergy...


Tout seul comme un grand, comme on peut le voir sur cette vidéo de Google.

L'imprimé s'enrichit spontanément

Le tunnel de commande traditionnel vient d'imploser. Je suis parti d'un catalogue papier, celui d'un revendeur précis auprès duquel je suis client. Goggles me propose ensuite des tests, des avis de consommateurs mais surtout, une liste d'autres revendeurs en lien avec ce produit. Je peux donc spontanément, sans quitter mon canapé, comparer les prix du produit sur le web avec ceux de mon VéPéCiste habituel, pour commander éventuellement mon aspirateur dans une enseigne qui me propose un prix plus avantageux.

Le catalogue, espace de mise en scène du produit et des marques

On mesure ainsi l'enjeu pour les marques. Le catalogue papier redevient une formidable source d'information et de mise en scène du produit, le papier restant particulièrement adapté pour étudier les caractéristiques et les performances d'un produit.

Mais comme je l'expliquais dans un précédent post, tout l'enjeu va être de repenser le catalogue pour qu'il produise dans Goggles des résultats qui me soient favorables.
Utiliser des visuels spécifiques, associer des logos, positionner judicieusement un QR Code, travailler des légendes... autant de stratégies auxquelles les concepteurs de catalogues vont devoir réfléchir tout en optimisant sur le web leur référencement.

Les D.A.M. vont également jouer un rôle crucial, car l'image va devenir un critère différenciant. Reprenons le cas Dyson, dont les aspirateurs sont vendus chez des centaines d'enseigne. A partir du moment où l'image du produit devient un critère de recherche, pourquoi ne pas imaginer plusieurs gammes de visuels d'un même produit : les revendeurs "lambdas" n'auraient accès qu'aux photos génériques, alors que les revendeurs "premiums" auraient droit d'utiliser d'autres visuels exclusifs. Ceci afin de l'impact des outils de comparaison.
Il va falloir bosser les taxinomies et les métadonnées les gars ;-)

Le tunnel d'achat devient une machine à téléportation

© Tdub303

Le tunnel d'achat devient multidimensionnel. Il n'est plus purement web.
Il s'ouvre dans le monde du print ou dans le monde réel pour déboucher dans le web mobile, en proposant une multitude de routes possibles en sortie : annonces publicitaires, vidéos, avis de consommateurs, comparateurs, boutiques, images...

Le catalogue va devenir intelligent... et magique. Pour notre plus grand bonheur de marketeur.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !