Accéder au contenu principal

Growth Hacking : je suis un activateur de croissance

Source : Marketing Digital


Je n'ai jamais eu un parcours linéaire. Aujourd'hui, on parle de "slasheurs" pour désigner celles et ceux qui multiplient passions et expériences. De mon temps, on parlait de profil "atypique", ce qui n'était pas super bien vu de la part des recruteurs.

En fait, j'ai toujours été passionné par plein de trucs différents. Au début, ça a été les ordinateurs. Le vieux PC XT de mon père, mon premier Amstrad, le Basic, l'assembleur, puis un jour, un Mac. Ensuite j'ai découvert le web, et là, grosse claque. En parallèle, j'adorais écrire, et de fil en aiguille, publier. A la fac, je délaissais les cours pour publier un fanzine assez délirant qui m'a valu quelques soucis avec le rectorat. Du coup, j'ai découvert la PAO et de fil en aiguille, j'ai ouvert les portes d'une imprimerie. Et là, re-grosse claque. L'odeur de l'encre, les conducteurs de machine qui me faisaient penser à Gabin sur sa locomotive, ce papier qui sort de la presse comme un pain cuisant dans le four d'un boulanger, j'ai adoré cela.

L'osthéopathe des entreprises


Mais impossible de tout faire. Du coup, j'ai alterné : du web, au print, à la pub. Jusqu'au jour où le web-to-print s'est développé. Donc là, forcément, ça commençait à prendre du sens. Et puis je suis allé vers le eCommerce, où il était enfin possible de développer une approche globale du marketing. Casser les silos, raisonner largement, cesser d'opposer IT, production et marketing. Changer les règles du management, bouger les codes, faire confiance aux gens. Bref, faire au business ce que l'osthéopathie fait au corps et à l'âme : résoudre les problèmes et faire du bien grâce à une approche globale.

Au cours des dernières années, mes équipes ont su démontré qu'en ayant cette approche d'ensemble, il était possible de décupler la croissance d'une entreprise web, pourtant issue d'un métier hyper-traditionnel. Avec quels résultats !
Pourtant, je me rends aujourd'hui à quel point il est difficile de mettre un nom sur ce que je fais, ce que je maîtrise et surtout ce que j'aime : je suis directeur marketing, mais pas que... Je suis directeur informatique, mais pas que... Je suis Digital Officer, mais pas que... Impossible de rentrer dans une case, et ce n'est pas (que) la faute à mon embonpoint :-) !

Booster la croissance par une approche globale


Aujourd'hui, au hasard de mes lectures, je mets enfin un mot sur ce que je suis. Growth Hacker.
Vous n'imaginez pas à quel point ça me fait du bien.
Se rendre compte que finalement, tout ce parcours, toute cette énergie, toute cette passion converge en quelque chose de concret, parfaitement en phase avec le monde actuel. Ce n'est pourtant qu'un mot.

En français, ça peut se traduire par "activateur de croissance". C'est exactement cela.
Quelque soit le domaine d'activité, mon job et mon talent, c'est de booster la croissance, en ayant une approche globale de l'organisation. Identifier les problèmes, les noeuds, détecter le potentiel, et corriger tout cela pour faire progresser l'ensemble.

Et vous, êtes-vous prêts pour la révolution du growth hacking ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !