Le Cloud Printing en maillage décentralisé, avenir de l'imprimerie en ligne ?

Cloud Printing
 
Internet a été créé dans les années 60 par la DARPA selon un principe de résilience. L’objectif de ce réseau – militaire à l’origine – était de permettre le maintien de télécommunications même en cas d’attaque nucléaire. La conception en maillage du réseau garantissait une continuité de service malgré la rupture de certaines liaisons. C’est d’ailleurs en partie ce principe qui aujourd’hui, assure une tenue du réseau malgré les circonstances exceptionnelles que nous traversons.
 

L’imprimerie en ligne, victime du Single Point of Failure

Jusqu’à maintenant, les imprimeries en ligne se sont structurées autour d’un modèle constitué :
  • soit d’une seule et unique usine, localisée dans un pays, et à partir de laquelle toutes les commandes sont expédiées vers les destinataires,
  • soit de plusieurs usines internes ou externes, souvent spécialisées par type d’impression, capables d’acheminer elles aussi les colis
Ce modèle industriel atteint aujourd’hui ses limites. En temps normal, se posent déjà les problèmes de délai, de coût et d’impact environnemental des transports. Beaucoup d’imprimeurs en ligne leaders ont leurs usines en Allemagne ou en Italie. Faire fabriquer là-bas pour qu’ensuite, le colis parcourre des milliers de kilomètres jusqu’à l’acheteur ressemble de plus en plus à un non-sens.
 
A l’heure de la crise du Coronavirus, ce modèle soulève un autre souci majeur : si l’usine de production se situe dans une zone rouge, dans laquelle les employés ne peuvent plus se rendre sur leur lieu de travail, ou à partir de laquelle il devient impossible d’expédier des colis, c’est toute votre activité qui s’effondre brutalement. En l’absence de plan de secours, c’est ce que l’on appelle un point unique de vulnérabilité, ou Single Point of Failure. Et c’est ce que subissent bon nombre d’imprimeurs en ligne aujourd’hui, confrontés à cette délicate situation de toujours recevoir des commandes d’un côté, sans pouvoir les honorer de l’autre, pour des raisons totalement externes.
 

Vers un avènement du Cloud Printing maillé

La société post-Covid sera, j’en suis convaincu, organisée autour de trois piliers : la résilience, la proximité et l’éco-responsabilité. Le modèle actuel des imprimeries en ligne, tel que je l’exposais précédemment, n’est ni résilient, ni proche (aucun circuit court), ni éco-responsable, tant les déplacements sont nombreux. Je pense qu’il va être rapidement remplacé par un modèle de production virtualisé et maillé, dans lequel – contrairement à aujourd’hui – ce ne seront plus les colis qui voyageront, mais les données. Concrètement, lorsqu’une commande est passée par un donneur d’ordre (par exemple un revendeur) pour être livrée vers plusieurs points, plutôt que l’intégralité de la commande soit production dans une seule usine, le système de Cloud Printing va identifier l’imprimeur le plus proche du lieu de livraison pour lui adresser l’ordre de fabrication.
Les commandes sont ainsi éclatées et dispatchées en fonction de leur lieu de livraison, et produites au plus proche du point d’acheminement, afin de réduire les coûts et délais de transports. Cela semble l’évidence, tant les données voyagent plus vite que les colis d’imprimés…
Je vous ai résumé les deux modèles dans le schéma ci-dessous :
 
Figure 1 : le modèle de production dominant actuellement dans l’imprimerie en ligne avec un faible nombre d’unités de production centralisées
 
Figure 1 : Modèle de production d’imprimé actuel
Figure 2 : le modèle Cloud Printing, avec des unités de production décentralisées au plus proche du lieu de livraison
 
 
 

De nouveaux réflexes pour les donneurs d'ordres

Ce modèle de Cloud Printing est puissant. Il offre beaucoup d’avantages, auxquels les donneurs d’ordres vont être de plus en plus sensible : une forte résistance au risque grâce à cette structure maillée, et un impact environnemental réduit grâce à la proximité production-livraison. S’ajoute à cela un bénéfice non-négligeable, c’est la réduction des délais de transport. Avec de surcroît, en secours, la possibilité pour l’imprimeur de livrer lui-même le client si les transporteurs sont surchargés, en grève ou indisponibles…
D’un point de vue commercial, les discussions entre acheteurs et imprimeurs vont changer de nature. Il ne sera plus question exclusivement de prix, mais de résilience, de bilan carbone, de délai de livraison et de plans de continuité d’activité. Croyez-moi, les acheteurs suite au Covid vont recevoir des instructions de leurs Directions Centrales pour revoir leurs plans de sourcing sous cet angle. Et concrètement, les opérateurs qui ne proposeront qu’un modèle d’impression en ligne « old school » risquent d’être retoqués, même si leurs prix de vente sont plus avantageux;
Ajoutez à cela un bénéfice induit non-négligeable : à coût similaire, l’acheteur pourra se prévaloir, auprès du destinataire final, de faire travailler « l’imprimeur du coin », plutôt que des usines anonymes situées à l’autre bout du continent. On mesure bien aujourd’hui à quel point cet argument sera précieux…
 
 

Quels acteurs dans le Cloud Printing aujourd’hui ?

 
Le cloud printing n’est pas une utopie. C’est déjà une réalité, que plusieurs acteurs ont mis en place… L’un des premiers a été Gelato Cloud, dans le Nord de l’Europe, mais il semble aujourd’hui que l’entreprise prenne d’autres directions, avec Optimal Print. A ce jour, en Europe, deux acteurs majeurs investissent ce modèle de production : 
  • CloudPrinter, une startup hollandaise qui développe sa plateforme logicielle, et qui recherche à la fois des ateliers de production décentralisés dans le monde entier, et des donneurs d'ordre
  • HP avec PrintOS et SiteFlow, tire profit du rachat de l’éditeur de logiciel anglais OneFlow pour exploiter à fond son réseau d’ateliers de production utilisant ses presses Indigo et Latex, comme le montre brillamment ce diagramme issu de leur brochure
 
 
 On trouve aussi d’autres plateformes, comme HHGlobal et son HH Hub, plus orienté eProcurement, sans oublier les startups de l’objet personnalisé qui motorisent bien des boutiques sous Shopify ou autres, comme iPersonalyze ou Printify.
 
 
Bref, plus que jamais, l’imprimerie en ligne ne se limite pas à une boutique web… mais à une réflexion d’ensemble sur les futurs besoins des acheteurs, et les meilleurs moyens de les satisfaire.

Commentaires

  1. L'impact de cette crise sera majeur sur l'industrie ... et il est probable que le nouveau concept de "dé-globalisation" va devenir la norme et qu'il contraindra, dans un temps plus court qu'on ne l'imagine, à relocaliser la plupart des activités industrielles à proximité des lieux de consommation. Ceci répond également aux contraintes environnementales, le print n'y échappera pas. Et c'est plutôt une bonne chose :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !