Accéder au contenu principal

Google + : j'ai testé !!

J'ai eu la chance ce week-end de pouvoir être invité à découvrir Google + (merci Bertrand).
J'ai pas mal joué avec, et je dois dire que je suis plutôt impressionné par le résultat. Non pas que je sois un grand fan des réseaux sociaux privés... je n'aime pas particulièrement Facebook, et mon "réseautage" se limite essentiellement à Viadeo et LinkedIn, en usage purement professionnel.

Mais piqué par la curiosité, j'ai creusé ce nouvel outil. La prise en main est aisée, l'interface répondant aux canons ergonomiques de Google. Du coup, on n'est pas du tout dépaysé, tout semble se fondre avec les autres outils de la marque. On retrouve beaucoup de commandes similaires à d'autres réseaux sociaux, mais avec la touche de sérieux et de sobriété de Google. Je ne m'étendrais pas sur le sujet, mais on retrouve la capacité de partager des photos, de publier des messages sur son mur (à moins que la terminologie soit différente pour Google Plus ?), de partager des vidéos... Bref, tout ce qu'il faut pour les accros du réseau.
Ce qui m'a vraiment bluffé, surtout pour sa qualité ergonomique, ce sont les notions de cercles, qui permettent facilement et visuellement d'organiser ses contacts et par voie de conséquence, de bien contrôler la diffusion de l'information. Plus de risque donc de balancer sa sextape à ses collègues de travail (en théorie).

Bref, j'aime bien, même si je ne poursuivrais probablement pas l'expérience au-delà : je n'aime pas publier des infos sur ma vie privée, une telle concentration de données personnelles ayant plutôt tendance à m'effrayer.

Toutefois, il faut reconnaître que Google est en train de réaliser un beau tour de force. A ceux qui disent que Facebook est en train de concurrencer Google, je serai tenté de répondre que Google + n'est pas qu'un réseau social. Il est l'une des composantes d'une offre ultra-complète de services très complémentaires, qui ont séduit bon nombres d'utilisateurs dans le monde :

  • une messagerie internet et un chat
  • une offre complète d'édition et de partage de documents en mode collaboratif
  • une plateforme de partage de photos (Picasa)
  • une plateforme de blogs (Blogger)
  • une plateforme de partage de vidéos (YouTube)
  • une régie publicitaire
  • des outils d'analyse et des outils pour les webmasters
  • un navigateur qui séduit de plus en plus d'utilisateurs
  • un OS
  • une plateforme virtualisée d'impression
et plein d'autres outils.

Au-delà de la simple comparaison Google Plus / Facebook, je pense qu'il faut voir plus loin : avec un tel écosystème, Google tient les clés d'une offre globale pour les particuliers, mais surtout les entreprises.
Là où Facebook a échoué à pénétrer la sphère de l'entreprise, Google Plus a toutes les chances de réussir à convaincre les PME et les sociétés de plus grande ampleur de créer facilement leurs réseaux sociaux internes. La notion de "cercles" révèlerait alors tout son potentiel.

Imaginez la possibilité de créer des cercles par équipes, services, ou groupes de projet : il serait possible de partager facilement de l'information, chatter à plusieurs, collaborer autour de documents... tout cela au travers d'une interface unifiée.

Un joli tour de force en perspective...

Après, il ne faut pas trop imaginer tout ce que Google pourrait faire des masses de données qu'elle va collecter, tant sur les plans professionnel que personnel. Amis, comportements de recherche, analyses, photos, géolocalisation... même dans ses versions mobiles, Google sait tout de vous.

Je suis sûr que dans ses délires les plus fous, Orwell n'aurait jamais imaginé un tel cas de figure.
Mais c'est un autre débat :o)

Commentaires

  1. Moi non plus je ne suis pas une grande fan de Facebook où je ne publie que très peu de posts. L'inconvénient avec Facebook c'est que vos amis le sont à des degrés divers et que vous n'avez pas forcément envie de tout dévoilé aux plus éloignés.
    L'immense avantage dès lors de Google + ce sont effectivement les cercles que l'on peut constituer. Vous dites que vous ne poursuivrez pas l'expérience car vous ne voulez pas fournir trop de données sur votre vie privée. Je partage votre point de vue mais j'envisage pour ma part d'utiliser Google+ aussi à un niveau professionnel.
    L'inconvénient avec Viadeo et LinkedIn est finalement le même qu'avec Facebook. Vous avez des relations très diverses avec vos contacts pro. Ce sont des collègues, des clients (ou dans mon cas des personnes que j'ai pu interviewer), des managers, des connaissances diverses, des personnes exerçant le même métier que vous, etc. Avec Google+ je peux donc aussi organiser l'ensemble de mes contacts pro dans différents cercles et fournir ainsi des informations ciblées à certains contacts et pas à d'autres.
    Reste à savoir si tous mes contacts LinkedIn et Viadeo auront eux aussi un profil Google +...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !