Accéder au contenu principal

Google + : j'ai testé !!

J'ai eu la chance ce week-end de pouvoir être invité à découvrir Google + (merci Bertrand).
J'ai pas mal joué avec, et je dois dire que je suis plutôt impressionné par le résultat. Non pas que je sois un grand fan des réseaux sociaux privés... je n'aime pas particulièrement Facebook, et mon "réseautage" se limite essentiellement à Viadeo et LinkedIn, en usage purement professionnel.

Mais piqué par la curiosité, j'ai creusé ce nouvel outil. La prise en main est aisée, l'interface répondant aux canons ergonomiques de Google. Du coup, on n'est pas du tout dépaysé, tout semble se fondre avec les autres outils de la marque. On retrouve beaucoup de commandes similaires à d'autres réseaux sociaux, mais avec la touche de sérieux et de sobriété de Google. Je ne m'étendrais pas sur le sujet, mais on retrouve la capacité de partager des photos, de publier des messages sur son mur (à moins que la terminologie soit différente pour Google Plus ?), de partager des vidéos... Bref, tout ce qu'il faut pour les accros du réseau.
Ce qui m'a vraiment bluffé, surtout pour sa qualité ergonomique, ce sont les notions de cercles, qui permettent facilement et visuellement d'organiser ses contacts et par voie de conséquence, de bien contrôler la diffusion de l'information. Plus de risque donc de balancer sa sextape à ses collègues de travail (en théorie).

Bref, j'aime bien, même si je ne poursuivrais probablement pas l'expérience au-delà : je n'aime pas publier des infos sur ma vie privée, une telle concentration de données personnelles ayant plutôt tendance à m'effrayer.

Toutefois, il faut reconnaître que Google est en train de réaliser un beau tour de force. A ceux qui disent que Facebook est en train de concurrencer Google, je serai tenté de répondre que Google + n'est pas qu'un réseau social. Il est l'une des composantes d'une offre ultra-complète de services très complémentaires, qui ont séduit bon nombres d'utilisateurs dans le monde :

  • une messagerie internet et un chat
  • une offre complète d'édition et de partage de documents en mode collaboratif
  • une plateforme de partage de photos (Picasa)
  • une plateforme de blogs (Blogger)
  • une plateforme de partage de vidéos (YouTube)
  • une régie publicitaire
  • des outils d'analyse et des outils pour les webmasters
  • un navigateur qui séduit de plus en plus d'utilisateurs
  • un OS
  • une plateforme virtualisée d'impression
et plein d'autres outils.

Au-delà de la simple comparaison Google Plus / Facebook, je pense qu'il faut voir plus loin : avec un tel écosystème, Google tient les clés d'une offre globale pour les particuliers, mais surtout les entreprises.
Là où Facebook a échoué à pénétrer la sphère de l'entreprise, Google Plus a toutes les chances de réussir à convaincre les PME et les sociétés de plus grande ampleur de créer facilement leurs réseaux sociaux internes. La notion de "cercles" révèlerait alors tout son potentiel.

Imaginez la possibilité de créer des cercles par équipes, services, ou groupes de projet : il serait possible de partager facilement de l'information, chatter à plusieurs, collaborer autour de documents... tout cela au travers d'une interface unifiée.

Un joli tour de force en perspective...

Après, il ne faut pas trop imaginer tout ce que Google pourrait faire des masses de données qu'elle va collecter, tant sur les plans professionnel que personnel. Amis, comportements de recherche, analyses, photos, géolocalisation... même dans ses versions mobiles, Google sait tout de vous.

Je suis sûr que dans ses délires les plus fous, Orwell n'aurait jamais imaginé un tel cas de figure.
Mais c'est un autre débat :o)

Commentaires

  1. Moi non plus je ne suis pas une grande fan de Facebook où je ne publie que très peu de posts. L'inconvénient avec Facebook c'est que vos amis le sont à des degrés divers et que vous n'avez pas forcément envie de tout dévoilé aux plus éloignés.
    L'immense avantage dès lors de Google + ce sont effectivement les cercles que l'on peut constituer. Vous dites que vous ne poursuivrez pas l'expérience car vous ne voulez pas fournir trop de données sur votre vie privée. Je partage votre point de vue mais j'envisage pour ma part d'utiliser Google+ aussi à un niveau professionnel.
    L'inconvénient avec Viadeo et LinkedIn est finalement le même qu'avec Facebook. Vous avez des relations très diverses avec vos contacts pro. Ce sont des collègues, des clients (ou dans mon cas des personnes que j'ai pu interviewer), des managers, des connaissances diverses, des personnes exerçant le même métier que vous, etc. Avec Google+ je peux donc aussi organiser l'ensemble de mes contacts pro dans différents cercles et fournir ainsi des informations ciblées à certains contacts et pas à d'autres.
    Reste à savoir si tous mes contacts LinkedIn et Viadeo auront eux aussi un profil Google +...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…