Accéder au contenu principal

Web-to-print B2C : le summum de la difficulté en matière de e-Commerce ?

Je suis tombé il y a quelques jours sur un article du blog "Opera Print" intitulé "galères d'une création de site e-Commerce".
L'auteur relate avec beaucoup de franchise les problèmes auquel il est confronté dans le déploiement d'une plateforme e-commerce d'imprimerie en ligne, avec - j'imagine - des fonctionnalités web-to-print.

Une telle transparence est louable, et je vous fiche mon billet (de blog - désolé) qu'Opera Print n'est pas le seul dans cette galère.
A mon avis, les projets de web-to-print orienté grand-public (B2C) constituent parmi les plus difficiles des projets e-Commerce. Pourquoi ? Je vois au moins 4 raisons à cela :

  • le volet "technologie" : un site de web-to-print nécessite une technologie capable de rendre des documents imprimés personnalisables en ligne. Et même si cela peut paraître simple en apparence, les contraintes sont multiples, au moins aussi nombreuses que les pièges ! Le choix initial de la technologie qui va motoriser cette partie est donc essentiel, car si elle trop légère, elle ne permettra pas d'évoluer au gré de la croissance du site. Et si elle est trop lourde, elle demandera des efforts de développement et d'intégration considérables, qui risquent de pénaliser le projet dans son ensemble et de "plomber" la facture finale.
  • le volet "fabrication" : contrairement à la vente de chaussures en ligne, un tel site repose sur la fabrication et la livraison de supports personnalisés. Cela implique donc de revoir ses méthodes de production pour les adapter aux contraintes du web : délais, réactivité, prix... toutes les joies de la production. Il faut un suivi des ventes rigoureux pour s'assurer que les commandes sont bien traitées et acheminées dans les délais, d'autant que l'imprimé a un inconvénient de taille : il pèse lourd !
  • le volet "e-Commerce" : forcément, en complément des contraintes pré-citées, un tel projet va subir toutes les problématiques propres à n'importe quel site de e-commerce. Interface, ergonomie, optimisation, SEO, modes de paiement... mais aussi et surtout, interfaçage de la plateforme e-Commerce avec la technologie web-to-print, ce qui n'est pas forcément évident à moins de choisir des solutions totalement packagées
  • le volet "animation" : dernier chantier mais pas des moindres, celui de la notoriété et de la conquête de clients. Car il faut bien expliquer la finalité du site, de façon à ce que le client comprenne l'intérêt immédiatement. Et puis ensuite, faire vivre une communauté, l'enrichir, communiquer... Cela paraît anodin, mais c'est un travail de galérien, jour après jour.
Auxquels s'ajoutent la coordination de projet, dans sa globalité...
Bref, il faut aborder ce type de plateforme avec toute la panoplie de compétences requises : consultant en e-Commerce, expert technique et chef de projet. Sans oublier spécialistes du marketing.
Sans ces compétences (à minima), vous risquez de vous engluer dans un chantier sans fin. Et d'y perdre beaucoup d'argent...

Croyez-moi : on ne s'improvise pas chef de projet, ni spécialiste en commerce électronique. Cela demande des compétences, de la rigueur, du savoir-faire et beaucoup de "métier".

Pour celles et ceux que le sujet intéresse, j'avais écris il y a 2 mois un post consacré aux problématiques des projets web-to-print : c'est ici.

Allez, bon courage aux galériens !! Churchill avait l'habitude de dire que "réussir, c'est être capable d'aller d'échec en échec sans jamais perdre son enthousiasme".

Commentaires

  1. Bonjour Ludovic. Il est évident qu'on ne se lance pas dans un tel projet sans un minimum de connaissance et de compétence. Notre avantage : Opéra Print est imprimeur depuis 32 ans, nous maîtrisons le produit de sa création à son impression. Nous avons évolué en même temps que les avancées technologiques en tenant compte des nouveaux besoins des clients. Pour ce qui est du e-commerce, nous avons fait appel à des professionnels en ergonomie, en développement et en référencement car nous ne sommes pas compétents dans ce domaine. Mais il y a toujours quelques impondérables, et je crois dans tout projet quel qu'il soit. Aussi, même si nous avons été désarçonnés, nous ne sommes pas à terre. Nous continuerons jusqu'au bout. Au passage, je te pique la citation. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Cathy,
    et merci pour ce commentaire. Loin de moi l'idée de sous-entendre que vous ne soyez pas à la hauteur, ce n'est pas du tout ce que je voulais dire. Je voulais montrer la difficulté de ce type de projet au travers de ton témoignage, en soulignant l'importance de la gestion de projet "tous corps de métiers" ;-)
    Bon courage et bonne continuation

    RépondreSupprimer
  3. Non non, je ne l'ai pas mal pris, au contraire j'apprécie Tes articles qui ont l'avantage de traiter de concepts parfois complexes, d'une manière simple.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !