Accéder au contenu principal

Je plussoie, tu plussoies, il plussoie





Décidément, l'inventivité des utilisateurs d'Internet me laissera toujours pantois.
Je viens de découvrir un néologisme qui commence visiblement à faire fureur sur le web et dans les réseaux sociaux : le verbe “plussoyer”.
Vous ne voyez pas ?
Bah si : si au cours d'une conversation, je vous dis que “je te plussoie”, ça signifie que je trouve que ce que vous dites a de l'intérêt, et que j'approuve. Et que donc, virtuellement, je cliquerai sur le bouton “+1” de votre la discussion.

Incroyable...
Ce qu'il y a de bien, c'est le côté légèrement désuet du terme. Plussoyer, ça a un côté un peu moyen-âgeux, old school comme ils disent... Et puis ça va faire réviser la conjugaison française à plus d'un. Il faut dire que conjuguer “plussoyer”, c'est quand même plus velu que “je like, tu like, il like”...


Par contre, en corollaire, il serait logique que l'on voie fleurir prochainement l'expression “je te moinsoie”.
Mouais... Ça le fait pas trop quand même...

Je vais faire mon ancien combattant, ça me rappelle les débuts du web, quand nos élites s'interrogeaient sur la terminologie appropriée au web.
“Surfer sur le web” ne plaisant pas, nous eûmes droit à “naviguer virtuellement sur les autoroutes de l'information”. “E-mail” devait être remplacé par “courriel”, bref, que des idées de génies qui se sont bien diffusées dans la population... Et pendant que l'Académie Française s'arrachait ses implants, nos voisins espagnols se posaient moins de questions, et inventaient un mot unique particulièrement polyvalent : “internetear”.

Sont forts ces espagnols...
;-)

Bon allez, c'est pas tout ça : lâchez vos commz et plussoyez moi tout ça.




P.S. : je viens de vérifier, ce nouveau verbe n'est pas encore rentré dans “Le Conjugueur”. Il va falloir y pallier rapidement.
Re-PS : Wikipedia par contre, nous apprend qu'il s'agit d'un verbe transitif du 1er groupe. A celles et ceux qui auraient oublié ce dont il s'agit, je vous renvoie vers vos Bescherelles. Non mais.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !