Accéder au contenu principal

Adobe Max 2011 : changement de cap, objectif : TABLETTE !


L'Adobe Max a démarré hier, et les annonces fracassantes n'ont pas tardé à tomber, à la manière des keynotes de Steve Jobs. Et si Adobe a semblé s'être légèrement fait distancée ces derniers temps sur la thématique des tablettes, notamment en raison de Flash, il faut reconnaître qu'un sacré repositionnement est en cours, du moins dans la division consacrée aux outils de publication.

  • Annonce du Creative Cloud pour Android et iOS : espace virtuel qui donnera accès à un ensemble d'applications "arts graphiques" pour tablettes, ainsi qu'à une zone de stockage de 20 Go, moyennant un abonnement mensuel. Ideas, Carousel, Kuler ou Proto (déjà vus sur les Labs) et surtout, Photoshop Touch (version de Photoshop optimisée pour un usage tactile) feraient ainsi partie de cet espace en ligne, annoncé pour novembre 2012. Plus d'infos à ce sujet sur ce blog ou sur le site dédié.
  • Rachat de Typekit, librairie de typos CSS3 en ligne, indispensable pour permettre de réaliser des mises en page soignées sur des tablettes ; il se pourrait d'ailleurs que TypeKit soit intégré à Creative Cloud
  • Rachat de Nitobi, éditeur du framework open-source Phonegap qui permet de réaliser des applications multi-plateformes iOS, Android ou Blackberry
  • Lancement d'une Single Edition de la Digital Publishing Suite, à un prix unique de 395 $ : il s'agit d'une réponse simple et efficace aux "usines à gaz" auxquels sont confrontés actuellement les graphistes indés ou les petites agences qui souhaitent réaliser du "one-shot" sur iPad : "The Single Edition offering truly democratizes publishing – it allows customers to publish a single, custom iPad app for a one-time payment of US$395".
  • Intégration de la recherche dans la banque d'images Fotolia directement à la CS via un plugin développé par Silicon Publishing
  • Enfin, en termes de solutions dédiées aux grands comptes (essentiellement presse écrite et magazine), Adobe a annoncé un partenariat stratégique avec Woodwing. Woodwing ayant rapidement conquis une large part de marché sur les publications tablettes de la presse écrite dans le monde, il semblait en effet hasardeux de tenter de le concurrencer de front. Les deux compagnies ont donc choisi d'unir leurs forces plutôt que de s'opposer pour dominer ce marché ; reste à savoir si Woodwing abandonnera au passage son format OFIP ?

Adobe se remet ainsi sur les rangs, et affronte désormais de manière franche tous ses concurrents potentiels sur le marché des tablettes :
  • Apple et Google au niveau du cloud
  • Apple et un certain nombre d'éditeurs indépendants pour ce qui est des apps destinées aux pros des arts graphiques
  • Quark au niveau de la publication de contenus sur tablettes, tant en desktop qu'en systèmes éditoriaux
Cette volonté de conforter un eco-système et de ne pas laisser le champ libre aux concurrents sur un marché aussi crucial que la tablette me ravit ; Adobe renoue avec l'inventivité et la créativité, et c'est tant mieux.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…