Accéder au contenu principal

Klout face à ses concurrents

Source : Blog du modérateur 

Klout n'est pas le premier service à tenter d'évaluer l'activité d'une personne sur les réseaux sociaux. D'autres services avant lui s'y sont essayé, avec plus ou moins de succès.
La force de Klout réside à mon avis dans une idée simple, mais redoutable : le scoring.

L'élément fondamental dans Klout, c'est la note qu'il vous attribue en tant que membre des réseaux sociaux. Bien que les critères d'évaluation ne soient pas très flous, Klout réussit - sur le papier du moins - à mesurer l'in-mesurable, en distribuant bonnes et mauvaises notes.

Ce système de notation a de fortes chances de s'imposer, car il répond à plusieurs besoins :

  • pour les tweetos / blogeurs, il permet de satisfaire leur égo et de se vendre potentiellement comme "influenceurs", donc de valoriser leur activité
  • pour les community managers, Klout offre un moyen de mesurer l'efficacité de leur travail
  • pour les marques, il offre un moyen de prendre la température de leur vie sociale
Bref, dans un monde dominé par les statistiques, Klout arrive à point nommé.

Toutefois, il n'est pas exempt de reproches :
  • Personne ne semble savoir comment se calcule la note que vous attribue Klout : toutefois ce qui est assez marrant, c'est personnellement, j'obtiens des scores très proches d'un service (Klout : 44) à un autre (PeerIndex : 43). Je vais suivre l'évolution dans le temps pour voir si ces similitudes se poursuivent
  • Malgré une bien jolie interface, très sobre, Klout ne propose aucune représentation visuelle de votre activité. C'est dommage car à part quelques graphes de ci, de là, on aurait aimé trouver des diagrammes plus expressifs, tels que ceux que propose par exemple PeerIndex (cf. ci-dessous)
  • il ne permet pas d'inclure dans son panorama social des flux RSS, or c'est un moyen simple de spécifier les autres moyens de publication que peut utiliser un bloggueur
  • il ne sait pas se connecter à Viadeo (uniquement LinkedIn pour l'instant, mais cela est probablement lié au fait que Klout est américain) ni à d'autres réseaux sociaux plus confidentiels
  • il est très vague sur vos domaines d'influence : Klout semble se contenter en effet d'évaluer les mots-clés récurrents, là où PeerIndex propose une analyse plus fine de vos domaines d'intérêts et d'influence
  • enfin, il ne permet pas de créer un profil public, visible par tous, contrairement à PeerIndex
En résumé, Klout est focalisé sur l'indice Klout et son évolution dans le temps et dans l'espace social. Et objectivement, on ne peut reprocher ce choix, c'est stratégiquement judicieux.
Je regrette juste qu'il n'y ait pas assez de représentation graphique de l'activité des influenceurs, comme par exemple ce que l'on peut trouver sur The Archivist. Certes cet outil est limité à Twitter, mais ces graphes sont très parlants. Par ailleurs, à se focaliser sur le scoring, les membres de Klout auraient au moins pu générer un petit code HTML afin de permettre aux internautes d'afficher ostensiblement leur score. C'est très surprenant qu'ils n'y aient pas encore pensé.

PeopleBrowsr vient de réaliser un joli teasing en annonçant une killer-app, sobrement intitulée "Kred" (la mode est au K visiblement). Rendez-vous le 6 octobre pour voir s'ils ont réussi à mettre la barre plus haut que Klout.

Liens :


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…