Accéder au contenu principal

Le web-to-print n'est-il qu'un produit de la crise ?

bonne crise
(Photo gildas_f)

Depuis une dizaine d'années que je m'intéresse au sujet, j'ai toujours pensé que le web-to-print était l'enfant naturel du web... et des métiers du marketing. Un passage obligé en somme, un chemin tracé par les nouveaux comportements induits par Internet.
Il m'a toujours semblé que les clients finaux étaient en recherche d'automatisation, de personnalisation, de "do-it yourself"... parce que c'était une tendance naturelle du marché et qu'ils étaient en demande.
Pas forcément un progrès, mais une évolution.

Aujourd'hui, avec du recul, je m'interroge. Je me demande si finalement, à l'instar des compagnies aériennes low-cost, le web-to-print n'est pas juste l'enfant de la crise.
Apparu juste après l'éclatement de la bulle Internet, le web-to-print est tombé à point nommé au moment où toutes les entreprises réduisaient drastiquement leurs budgets marketing.
Et étaient contraintes de se débrouiller toutes seules ; alors plutôt que de faire "moche" avec les moyens du bord, autant faire "beau" à peu de frais avec des solutions en ligne. Tout en regrettant l'époque où on avait sous la main un petit graphiste qui se démenait pour faire exactement ce qu'on lui demandait, dans les meilleurs délais et avec le sourire siouplé.

Entendons-nous bien, je n'oppose pas un modèle à un autre. Je ne mets pas face-à-face un exé et un serveur web. Je m'interroge juste pour savoir si finalement, le web-to-print répond à une volonté explicite des clients, ou à une solution qu'ils ne feraient que subir, compte-tenu du contexte ? Si on leur laissait vraiment le choix, les clients ou plutôt les usagers, que privilègiraient-ils : l'homme ou la machine ?

Certes, cette interrogation concerne plus la clientèle B2B que les applications grand public, car ces dernières touchent une clientèle qui n'a jamais et ne fera jamais appel à un graphiste, tant ses besoins sont ponctuels.

Mais justement, parmi mes anciens clients B2B du temps où je bossais en agence, il y en a quelques-uns qui restent des acharnés du "je-le-fais-moi-même". Mais la grande majorité, en particulier dans des entreprises assez importantes, sont revenus vers leurs graphistes et leurs agences dès qu'ils ont réobtenu les budgets ; car finalement, le "do-it-yourself" venait en surcharge de leurs autres missions, et les saturait complètement. A la complexité de devoir gérer seul la production d'un support de communication, ils préfèrent en grande majorité le confort et le luxe de déléguer cela à un professionnel aguerri.

Voilà pourquoi, aujourd'hui, je pense que le web-to-print est l'enfant de la Crise.
Bon, vu le contexte actuel, vous me direz qu'il a un bel avenir devant lui... c'est probable.

Mais à la froideur d'une webapp, les clients ne risquent-ils de revenir dès qu'ils le pourront vers le service sur-mesure et le relationnel que propose une agence ou un freelance ?

Pour éviter un "switch-back", il faut donc que le web-to-print évolue, qu'il se réinvente et qu'il réponde aux nouveaux enjeux du marketing : multicanal, automatisation, déclinaisons... bref, qu'il prouve qu'il fait vraiment gagner du temps aux services marketing.

Quoi qu'il en soit, comme pour le papier, je suis de plus en plus convaincu que les graphistes ont un véritable avenir et qu'ils ont mangé leur pain noir. Les services web proposent du prêt à porter ; il faut donc que les professionnels des arts graphiques se réveillent et offrent du vrai sur-mesure, vendu au prix juste, avec une relation privilégiée et beaucoup de créativité. C'est ainsi qu'ils sauveront leur métier.

Et que tout le monde cohabitera en bonne intelligence.

Et vous, quelle est votre opinion sur le sujet ?

Commentaires

  1. Je pense que le web-to-print répond et répondra aux besoins des TPE/PME et indépendants qui ont rarement la possibilité de se payer les services d'un graphiste. En ce sens, on peut penser que le web-to-print va tuer une partie de l'activité des infographistes qui réalisaient un travail de mise en page.
    Les graphistes, concepteurs, garderont le travail de réflexion, la création, l'essence du projet, et ne seront pas concernés par un quelconque danger des solutions web-to-print.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !