Accéder au contenu principal

Disparition de la presse papier : un faux débat

Depuis une semaine, le web se fait l'écho d'une interview parue dans la Tribune de Genève : Francis Gurry, de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, nous explique que dans 5 ans, les journaux papier auront disparu aux Etats-Unis, et que ce phénomène aura atteint le reste du monde en 2040. Il y a des études qui le prouvent.

Je vais faire mon djeun's, mais ce genre de débat, ça me saôule. GRAVE.
Je ne dis pas que le numérique est mieux ou moins bien que le papier. Je ne nie pas à quel point les tablettes chamboulent nos habitudes de lecture. Je ne défend pas un canal au détriment d'un autre.
Tout ce que je pense, c'est que ce genre d'étude occulte un point essentiel : ce n'est ni le marché, ni les éditeurs de presse qui dicteront aux lecteurs leurs habitudes.
S'il y a un public adepte des tablettes, il y en a un autre, probablement plus important, qui reste et restera fidèle pour longtemps au bon vieux papier. Soit par imperméabilité aux nouvelles technologies (je pense à certains de nos seniors), soit par facilité (le papier est quand même très simple d'usage), soit par considération énergétique (un support papier n'a besoin d'aucune source d'énergie pour être lu), soit par amour du papier et de l'encre : il y en a, et j'en fais partie, qui même s'ils sont geeks n'en sont pas moins des aficionados du papier. J'adore mes vieux bouquins, j'aime l'imprimerie, et si les tablettes me semblent intéressants, elles n'en restent pas moins des supports "froids" (numérique et synthétique), contrairement au papier que je qualifie de "support chaud" (organique).

Bref : c'est bien joli toutes ces études qui nous expliquent comment nous devons nous comporter. Mais il serait bien de ne pas perdre de vue les attentes du lectorat...

Commentaires

  1. Ça fait des décénies qu'on nous dicte comment nous comporter en nous laissant croire que nous gardons notre liberté de choisir. Soi en sûr si c'est plus rentable d'abandonner la presse papier, elle disparaitra...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…