Accéder au contenu principal

Web 2.0, radios libres… même combat !



Le web me fait penser à la radio. J'ai l'impression qu'ils suivent la même évolution, à trente ans d'écart.
Le web 2.0 a été une formidable avancée, comme les radios libres ont pu l'être en 1981. Tout le monde a pu s'exprimer, chacun a pu livrer ses pensées, donner son opinion, faire part de ses goûts…

Tout le monde s'est retrouvé sur un pied d'égalité. Mais avec un nivellement par le bas… et une cacophonie terrible aujourd'hui. Au point que le cerveau de l'internaute moyen est en surchauffe.

Le web est autant saturé que la bande FM l'était en 1985. Ça grésille, on n'entend plus rien, ça larsen de partout. L'internaute lambda n'arrive plus à suivre, il est bombardé d'informations, il est asphyxié par le temps réel, il ne peut plus reprendre sa respiration.

Et puis il se rend compte que, finalement, l'avis de ses semblables l'intéresse de moins en moins. D'autant qu'il est de plus en plus sujet à caution et source de suspicion, en particulier dans le commerce électronique.

En 1981, la libre antenne fut une formidable bouffée d'oxygène pour les médias… mais à trop en user, les radios ont fini par lasser leurs auditeurs.

J'ai le sentiment aujourd'hui que nous en sommes au même stade… L'information arrive de tous côtés, en temps réel, sans hiérarchie. L'avis d'un sombre inconnu aurait potentiellement le même poids que celui d'un expert reconnu… surtout s'il a plus de followers. Le "User Generated Content" atteint ses limites… tout le monde en convient.

Je crois que le temps est venu où les internautes recherchent de l'efficacité et de la synthèse, pour que l'information soit une source d'enrichissement et non plus de perte de temps…
A l'heure de l'infobésité, je pense que de plus en plus d'internautes sont prêts à payer d'une façon ou d'une autre pour disposer d'une information “expertisée”, quel qu'en soit le domaine.

Cela ne mettra pas un terme aux réseaux sociaux ni à la liberté d'expression des utilisateurs. Non, mais cela va la structurer, réservant la libre antenne à certains contextes ou certains usages bien précis, où elle sera valorisée. Et probablement mieux contrôlée, c'est un corollaire inévitable.

Si vous regardez en arrière, c'est exactement ce qui s'est passé dans la radio.
Des premières radios libres – voire clandestines – sont nés de véritables poids lourds des médias, côtés en Bourse, qui tout en conservant leur liberté de ton et leur capacité à laisser les auditeurs s'exprimer, ont introduit du commercial et de l'information plus traditionnelle.

“L'internaute-acteur” tel que nous l'avons connu ces dernières années est une espèce en voie de disparition, j'en suis sûr… Soit il va se lasser de donner son avis, et il va redevenir un “internaute-mateur”, à la recherche d'une information labellisée… soit il va continuer à s'exprimer, mais il y a fort à parier qu'il va alors devenir un semi-professionnel, voire un professionnel dans son domaine. Reconnu pour son expertise ou son savoir-faire, ou apprécié pour son coup de plume. Enfin de clavier.

Bref.
La récré va se terminer. Je vous parie que ce joyeux bordel va se réguler et s'industrialiser dans les prochaines années. Comme ce fut le cas pour les radios libres…
Ce ne sera pas forcément mieux, ça sera différent.

P.S. : petite pensée émue pour une radio libre qui a accompagné mon adolescence, Radio Alligator à Montpellier. Dont la fréquence fut reprise par Rires & Chansons dans les années 90, ça ne s'invente pas ;-)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !