Accéder au contenu principal

e-Commerce : la différence entre Marketing traditionnel et Growth Hacking en deux schémas

Le growth hacking est un terme à la mode, mais il est souvent mal compris. Beaucoup pensent que le growth hacking consiste en un ensemble de méthodes "cradingues", à la limite de la légalité, pour faire de l'audience en mode commando. D'autres, fantasmant sur les réussites de startups emblématiques, imaginent qu'il ne repose que sur de l'instinct, du réseautage et du buzz…

Le growth hacking ce n'est rien de tout cela. C'est un état d'esprit qui consiste à se confronter au marché le plus rapidement possible pour valider ou invalider une stratégie, à tester en petit et à "scaler" lorsque les objectifs sont atteints. Pour cela, il faut connaître les cibles associées à sa stratégie, comprendre les médias qu'elles utilisent, déterminer des objectifs, fixer les indicateurs et les engager très vite pour tester leur réactivité. Avec un Graal unique : l'acquisition.

En quoi est-ce différent du marketing traditionnel ? Au premier abord, cela ne saute pas aux yeux… mais le marketing traditionnel est basé sur une phase d'étude très longue qui débouche généralement sur des campagnes destinées à créer de la notoriété dans l'espoir de faire des ventes. La différence se situe là : en Growth Hacking, on ne pense pas notoriété de marque ou de produits, on pense "acquisition-first", la notoriété venant quasi-naturellement si vous faites bien votre boulot.

Personnellement, j'ajouterai une dimension eCommerce au Growth Hacking : après l'acquisition, il y a le raffinement qui consiste à réduire rapidement les taux d'abandon et de fuite pour augmenter son taux de conversion.

J'ai essayé de résumer cela dans deux schémas…
La séquence de Marketing Traditionnel, focalisée sur la notoriété, avec un risque de forte perte financière en cas de "loupé"

Le workflow "Growth Hacking", focalisé sur l'acquisition de trafic, puis sur la scalabilité

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !