Accéder au contenu principal

Facebook : du fantasme au cauchemar ?

Facebook a fait rêver plus d'un investisseur (plus ou moins zinzin) ou patron de startup. Il faut dire que Mark Zuckerberg concentre tous les clichés du mythe, au point d'inspirer des biopics : concept né dans une chambre d'étudiant, succès foudroyant, empire planétaire, valorisation délirante, rachat d'autres startups à grands coups de cash...
Je l'ai écrit plusieurs fois dans ce blog : j'ai l'impression que depuis plusieurs mois, une nouvelle folie "web 2.0" s'empare des investisseurs. Et par voie de conséquence, de certains créateurs de start-ups.
J'ai l'impression qu'il suffit de présenter un projet de bidule-truc machin social 2.0 pour faire briller les yeux des business-angels et faire pleuvoir les dollars. Comme au bon vieux temps des années 90.
Les investisseurs se disent qu'ils vont peut-être investir sur une pépite, le ou la prochain(e) Zuckerberg... alors du coup, ils perdent parfois le sens des réalités.
Je crains que le dévissage du cours de Facebook deux jours à peine après son IPO ne produise un effet de douche glacée sur bon nombre d'entre eux.
Car si la bourse américaine reste insensible aux charmes de Facebook, c'est qu'il y a peut-être un loup quelque part. Ou que du moins, la mariée n'est peut-être pas aussi belle que ce que l'on prétend.
En conséquence, je crains qu'il y ait un retour de bâton rapide qui s'apparente à l'éclatement de la bulle Internet de la fin des années 90. Les investisseurs n'ayant plus d'étoiles dans les yeux, ils risquent de trouver les bilans et les comptes de résultats de leurs jeunes pousses légèrement fades. Pour ne pas dire inquiétant. Au point de quitter le navire précipitamment...
Ce serait dommage, car bon nombre de projets viables en feraient malheureusement les frais.
On verra où on en sera dans quelques mois...

Source : Silicon.fr

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…