Accéder au contenu principal

Le web-to-print mobile entrera-t'il dans les salons de coiffure ?

Chez le coiffeur, nous rencontrons tous le même problème : il faut à chaque fois expliquer précisément ce que l'on souhaite comme coupe de cheveux, ou choisir parmi des propositions issues d'un book totalement surréaliste. Au final, on n'est rarement satisfait, surtout lorsque notre coiffeur / coiffeuse habituel(le) a cédé la place à un remplaçant auquel nous confions pour la première fois notre occiput.

Le problème majeur de chaque client, c'est l'incapacité de déterminer à l'avance quelle coiffure il souhaite adopter, et de conserver une trace de celle-ci.

Alors pourquoi les réseaux de salons de coiffure n'adopteraient-ils pas le web-to-print ? Après tout, chaque client d'une de ces enseignes dispose généralement d'une carte de fidélité qui… ne sert généralement à rien.

Imaginez ce client qui se connecte sur le portail web mobile du salon de coiffure, pour "essayer" plusieurs coupes de cheveux jusqu'à trouver celle qui lui convient en forme, couleur et aspect. Pour cela, il lui suffit de se prendre en photo avec son smartphone.
Une fois choisie, la coupe de cheveux est mémorisée, et transmise au salon auprès duquel il a pris un rendez-vous.

Lorsque le client se présente dans son salon, il est accueilli par un coiffeur souriant qui lui présente un tirage papier de la simulation choisie. Gain de temps, meilleure compréhension, service personnalisé, fidélisation… tous les ingrédients sont là.

Et si par hasard le coiffeur change, ou si le client déménage, il lui suffit de présenter sa carte de fidélité pour retrouver l'historique de ses coiffures et mieux exprimer ses attentes.

Tout cela à fin d'éviter des désastres capillaires.
Ou pas.

Ce genre de simulateur permet d'éviter la tentation d'adopter la coiffure de Justin Bieber lorsqu'on approche la quarantaine.


Le web-to-print et le mobile offrent une richesse de combinaisons quasi infinies, transposables à quasiment tous les métiers ; il suffit juste de se creuser les méninges.


Source : http://www.journaldesfemmes.com/beaute/changez-de-coiffure/homme/

Commentaires

  1. Tu aurais pu finir par "sans s'arracher les cheveux" :D

    RépondreSupprimer
  2. On a développé une application de ce type pour une société allemande il y a quelques années. Je ne savais pas qu'on avait fait du web2print ;-)
    Cela dit, ils ont eu du mal à vendre le logiciel car les coiffures étaient magnifiques et les coiffeurs étaient stressés de ne pas arriver à satisfaire les clients...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…