Accéder au contenu principal

"Crise" de la presse : le contre-exemple du Canard Enchaîné.

La presse va mal, les revenus publicitaires diminuent, les abonnés sont volatils et les canaux de diffusion, pour ne pas dire les rédactions elles-mêmes, se concurrencent au sein d'un même titre.

Depuis presque 15 ans, chaque nouvelle mode est considérée comme étant LA planche de salut de la presse : d'abord, ce fut le cas du web, qui devait faire exploser les recettes publicitaires. Puis ce furent les smartphones, qui promettaient de draîner une nouvelle clientèle. Aujourd'hui, le sauveur s'appelle iPad ou Kindle. Et demain, ce sera quoi ?

A mon avis, le problème de fond est avant tout un problème de contenu et de modèle économique. Trop de journaux et de magazines se sont lancés dans une course effrénée à la pub, ce qui les a attiré dans une spirale infernale : augmenter la pagination pour accroître l'espace publicitaire disponible, ce qui oblige ensuite à faire du remplissage avec des contenus faiblement intéressants. Puis devenir victime de cette pagination qui augmente les coûts de production, et chercher en vain des supports moins coûteux à produire. C'est ainsi qu'on se retrouve avec des mags de 60 pages, dont 30 de pubs, avec 50% de rubriques à la noix achetées directement à des régies de contenus qui servent à tous la même soupe industrielle...

Je crois qu'il en est dans la presse comme dans la cuisjne : la réussite d'un plat dépend pour beaucoup de la qualité de ses ingrédients.

J'en veux pour preuve l'exemple du Canard Enchaîné. Depuis bientôt 100 ans, il reste fidèle au même modèle économique : pas de recettes publicitaires, une source de revenus unique (ventes en kiosque et par abonnement) et une ligne éditoriale qui n'a pas bougé d'un iota.
Le Canard Enchaîné privilégie la qualité de ses contenus qu'il défend bec et ongles (enfin bec et palmes). Il a décidé de rejeter les formats numériques pour ne pas se "diluer". Il reste fidèle au papier car il considère qu'il s'agit du support le mieux adapté à son lectorat, et probablement le plus noble. Sans compter que depuis le temps, le papier est un format qu'il maîtrise parfaitement en matière de fabrication, alors que le digital obligerait à acquérir de nouvelles compétences.
Quant à sa maquette, elle n'a pas dû évoluer depuis bien des années voire des décennies. Je me demande même si la mise en page est faite à l'ordinateur ;-)

Ce que certains seraient tentés d'appeler un anachronisme est pourtant une belle réussite économique. Le Canard est rentable, autonome et indépendant. Et à ma connaissance, n'a jamais dû procéder à des plans sociaux.  Ce "pure player" mise tout sur la qualité, la stabilité, la durée et la fidélité. Et ça marche.

Dans un monde en perpétuel mouvement, ce genre de titres constitue un repère stable et rassurant pour les lecteurs.

Personnellement, et au-delà des opinions politiques, je crois que beaucoup de rédacteurs en chef devraient s'en inspirer, en s'interrogeant sur ce qu'ils veulent faire avant de se questionner sur la façon de faire. Le QUOI avant de COMMENT, le FOND avant la FORME...

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !