Accéder au contenu principal

Stratégie web-to-print : que voulez être ? chercheur d'or, ou vendeur de pelles ?

©http://www.tricornejock.com/phpBB3/viewtopic.php?f=38&t=914&start=15


J'étais tombé il y a un peu moins d'un an sur un article formidable – comme souvent – de Capitaine Commerce. Le thème était de savoir qui le e-commerce enrichissait-il ? En faisant un parallèle avec la Conquête de l’Ouest, l'auteur comparait ainsi les différents acteurs du web aux populations attirées par l’Or.
Il distinguait les chercheurs d'or des vendeurs de pelle, en constatant opportunément que, dans l'ensemble, les vendeurs de pelles avaient connu un bien plus grand succès que leurs clients.

En matière de web-to-print, on peut s'interroger de façon similaire. Si vous avez envie d'y aller, interrogez-vous sur ce que vous souhaitez et – surtout – pouvez faire avec les plus grandes chances de réussite.
Votre entreprise a-t'elle plutôt le profil de chercheur d’or (orientation client final) ou celui de vendeur de pelle (offre de service à des revendeurs / distributeurs) ?
En termes plus business, êtes-vous plus à l'aise avec le B2C ou le B2B, sachant que les approches, les besoins et les moyens ne sont clairement pas les mêmes ?
Cela peut paraître anodin, voire risible… mais à l'inverse, je pense que cette réflexion est essentielle pour tous celles et ceux, imprimeurs, startups, agences et autres qui veulent ouvrir un business d'e-printing en ligne.
Il faut se poser les bonnes questions, en se mettant dans la peau d'un cow-boy qui arrive dans l'Ouest :
  • y'a-t'il déjà d'autres chercheurs qui creusent le filon auquel je m'intéresse ? si oui, combien ?
  • ce filon peut-il tous nous faire vivre ? si ce n'est pas le cas, quel est le chercheur d'or le plus armé ?
  • y’a-t'il un vendeur de pelles dans le coin auprès duquel les chercheurs vont s’approvisionner ? si oui, les chercheurs d’or en sont-ils satisfait ?
En d'autres termes, s’il y a 200 chercheurs d’or et un seul drugstore, il y a fort à parier que celui-ci profite de sa situation de monopole et que par conséquence, il y ait largement la place pour un second vendeur de pelles. Surtout si vous vous mettez à vendre bottes, cirés, bouteilles et colts…
A l’inverse, s'il n’y a qu’un, voire aucun chercheur d’or sur le filon que vous avez détecté, il est peut-être plus opportun de se mettre à creuser le plus vite possible…

Bon après, vous pouvez aussi tenter d'attaquer la diligence ou de jouer au Shériff, mais là c'est un autre débat ;-)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !