Accéder au contenu principal

Interview de Loic Aigon, graphiste automatologue de talent, docteur es Indesign, scripts et extensions Flex pour CreativeSuite



A nouvelle année, nouvelle rubrique dans mon blog. Je souhaite donner la parole de temps à autre à des personnes dont le parcours m'intéresse, ou qui proposent quelque chose de très innovant. Aujourd'hui, c'est Loic Aigon qui inaugure cette rubrique. Expert en automatisation et en développement de scripts sur mesure pour les industries graphiques, il propose de nombreux services qui ne manqueront pas de vous intéresser.

Salut Loïc. Alors, c'est quoi exactement ton métier ?
Salut Ludovic. Globalement, j'interviens dans l'automatisation de production. Je développe des scripts en Javascript et Applescript en vue d'automatiser des tâches répétitives et fastidieuses que l'on rencontre dans la PAO (intégration de données, export vers différents formats...). Je suis venu aux scripts très logiquement car j'ai toujours détesté les actions rébarbatives. Personnellement, je préfère les laisser aux ordinateurs et profiter de mon temps à des missions plus intéressantes. Pour certains, c'est de la fainéantise, pour moi c'est du bon sens. Et aujourd'hui, je mets cette expertise au service d'entreprises en quête de productivité.

J'interviens aussi dans la mise en place de workflow XML dans InDesign. C'est une technologie intéressante qui permet de centraliser les données dans une base (MySQL par exemple) et de les traiter avec un risque d'erreur quasi nul et un temps de traitement réduit. Il faut un certain investissement horaire et financier mais les gains en production et en sécurité sont tellement importants.

En tant que graphiste, j'ai toujours dû faire face à cette question primordiale : ma donnée est-elle à jour ? M'a t-on transmis la dernière version du texte, la bonne traduction ? Avec XML, les données sont rassemblées et à jour, c'est très rassurant. De plus, la donnée monte automatiquement, il n'y a donc pas à redouter d'erreur de mauvais copier-coller. Et en case de mise à jour, c'est quasi-instantané !



Quel est ton statut ?
Je suis Consultant/Développeur de solutions d'automatisation pour les logiciels Adobe en auto-entreprenariat. Mais je vais basculer en EIRL dans les prochains mois.

Quelle est ta clientèle aujourd'hui ?
Ma clientèle est nationale et internationale. Je travaille avec des américains, des anglais, des irlandais, des allemands et bien sûr des français. Je travaille à domicile mais n'hésite pas à me déplacer si besoin. Des agences comme Log-lab ou M29 me sollicitent pour de l'XML. Plus récemment, j'ai fait un gros travail de développement pour la société MANUTAN. Je travaille aussi pour des fournisseurs de solution comme Rip Consulting en France ou PressRun en Angleterre qui édite une solution de conversion InDesign vers iPad. J'ai la chance d'avoir des clients de grande qualité et de travailler sur des projets très stimulants.



Quel a été ton parcours ?
Après un bac scientifique, j'ai obtenu un BTS en design produit à Marseille. J'ai ensuite poursuivi mes études en Arts Appliqués en Corse et à Toulouse. J'ai notamment travaillé sur la relation entre graphisme et identité et le sujet d'études portait sur la Formule 1. J'étais fasciné par les habillages et c'est un univers dans lequel j'aurai adoré travailler. Pour finir, j'ai décroché un Master en Management du Design et de la Qualité à Nancy.

Après quelques stages inévitables, j'ai commencé ma carrière comme graphiste en 2002 dans l'édition. En 2003, j'ai rejoint Caldera comme graphiste et ergonome de leur suite logicielle. J'ai alors dû produire un grand nombre de documents en plusieurs langues. La productivité s'intensifiant, j'ai commencé à développer mes propres solutions d'automatisation à base de scripting pour gagner en efficacité et réactivité. Des scripts comme QuickOpener sont issus de cette période.

D'année en année, j'ai acquis une expertise et en septembre 2011, j'ai décidé de franchir le pas et de m'installer comme Consultant/Développeur de solutions d'automatisation pour les logiciels Adobe.



Si je comprends bien, tu automatises tout ce qui peut faire gagner du temps à tes clients ? 
C'est cela en effet. Avec ou sans la crise, la gestion du temps est un enjeu majeur. Il est dès lors capital de gagner le plus de temps possible et l'automatisation est une voie logique. En parallèle, l'autre gain, c'est la sécurité. XML ou le scripting verrouillent des processus répetitifs et/ou rébarbatifs et écartent le risque d'erreur. L'humain est essentiel pour la création et le contrôle. Mais la technologie est imbattable à certains moments-clés de la production.

Certains collaborateurs peuvent même y gagner en motivation quand ils n'ont plus à s'occuper de ces contraintes. Je discutais avec un client à propos d'un projet. Dans ce cas précis, la tâche en question était si pénible que la personne en charge était vue comme « maudite », celle qui allait en baver pendant une demi-journée. Si le projet voit le jour, l'apport pour cette personne ne sera pas que technique.

J'aime donc apporter mon savoir-faire technique et en même temps laisser mes clients maîtres de ce qui leur importe vraiment : leurs créations. Ils peuvent ainsi se concentrer sur l'aspect et je m'occupe de l'intégration des données via XML ou scripting. Bien sûr, il y a toujours des étapes manuelles de relecture mais le travail est diminué dans des proportions considérables. Un de mes clients me disait à propos d'un catalogue que nous avions monté ensemble via XML qu'une après-midi de travail lui avait suffi là où plusieurs semaines de travail était nécessaire précédemment. Sans compter les effets de bord comme des mises à jour facilitées et une plus grande réactivité.

Parfois les investissements horaires et financiers rebutent certaines compagnies qui préfèrent continuer à travailler manuellement. Ce que je peux dire, c'est que je ne connais aucun de mes clients qui souhaiteraient revenir en arrière. En général, les bénéfices sont bien supérieurs à la mise de départ.

Les extensions pour la Creative Suite sont encore assez méconnues, pourtant elles peuvent rendre de grands services, en particulier dans la PAO. Peux-tu nous en dire plus à ce sujet ?
C'est la technologie que je trouve la plus excitante. Pour rappel, une extension est une application AIR qui s’intègre naturellement dans les logiciels Adobe. On obtient ainsi des panneaux au comportement identique aux autres palettes de la Creative Suite.

Pour moi, c'est la réunion du meilleur des deux mondes, entre le scripting pour le pilotage de l'application hôte (inDesign par exemple) et l'IDE Flex pour la création de l'interface Flash. On peut dès lors personnaliser une extension aux couleurs d'une entreprise et l'adapter à une infinité de projets (communication avec une base de données, utilisation de composants Flash, appel de librairies…). Enfin, une extension est compatible Mac et PC, ce qui réduit les besoins en développement.

Les extensions sont, c'est vrai, encore un peu méconnues mais je pense qu'elles vont être de plus en plus présentes lors des prochaines versions.



Peux-tu nous donner des exemples d'usage d'extensions de cette nature ?
Bien sûr ! J'ai notamment réalisé une extension pour la compagnie PressRun, éditrice d'une solution InDesign vers iPad. Ils avaient besoin d'une solution d'interface pour assister les utilisateurs de leur solution dans la préparation, le contrôle et l'export de leurs fichiers vers le cloud Amazon S3. C'était un projet extrêmement intéressant techniquement et j'espère à nouveau travailler sur de telles missions.

J'ai aussi mis au point une extension, EasySizer, dont le but est de permettre de calculer des dimensions complexes dans InDesign (Ex (250+500+678)/4 ) et bien sûr, les appliquer à des pages ou des sélections. En tant que graphiste, j'ai souvent dû préparer des habillages de stands où de tels calculs rentraient en jeu. J'espère mettre ce produit à la vente dans les prochains mois.

Il existe aussi des extensions gratuites dont GuideGuide de Cameron McEfee ou ScriptBay de InTools.


Tu as des projets des développement de ton activité ?  Une activité que j'aimerai bien approfondir, c'est l'audit. Je suis certain que nombre d'agences gagneraient à questionner leur productivité. Là encore, l'investissement me paraît minimal par rapport aux gains éventuels.

Je vais aussi mettre en place des formations sur le scripting InDesign. Je finalise la logistique et j'espère démarrer en février 2012.

J'ai aussi pleins de projets en tête au delà de l'automatisation mais qui impliquent des compétences externes comme du développement sur tablettes ou de la réalisation de plugins. Pour l'instant, ce ne sont que des idées, mais j'espère un jour pouvoir leur donner corps car je suis convaincu de leur pertinence.


Si vous souhaitez contacter Loïc pour du conseil, de l'audit ou pour le développement de solutions d'automatisation sur-mesure, voici l'adresse de son site web :http://www.loicaigon.com/fr/
Vous pouvez également télécharger la brochure de présentation de son activité.
Je vous invite aussi à consulter son blog : http://www.loicaigon.com/blog/

Commentaires

  1. Merci Ludovic pour cette interview pour un mieux connaître notre "scripteur/extensioneur" national :)

    Et merci à toi Loïc pour tout ce que tu fais pour la communauté et notamment pour tes explications sur le XML sur ton blog (je suis entrain de m'y mettre tout doucement ^^)

    RépondreSupprimer
  2. Tu as bien raison Jean-Philippe, il faut protéger nos monuments nationaux :D
    A+

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…