Accéder au contenu principal

Scrum s'adapte aussi aux projets marketing



La méthode Scrum s'impose petit à petit comme une manière efficace de gérer les projets informatiques, le maître-mot de cette méthode étant l'efficience (rapport entre le résultat obtenu et les moyens mis en œuvre pour l'atteindre).

Les équipes projet lourdes et très hiérarchisées, organisées autour de projets de longue haleine ont ainsi laissé place à des équipes très flexibles, centrées sur le résultat et les petits pas qui permettent de gravir la grande Montagne.

A la base, cette méthode est résolument tournée vers le développement logiciel ; elle s'est naturellement étendue vers les projets web. Mais à plus long terme, je me demande si elle ne constitue pas une forme de philosophie de vie professionnelle, philosophie qui pourrait parfaitement convenir au marketing.
Réfléchissez-y : dans le marketing, on passe sa vie à gérer une multitude de projets de plus ou moins grande ampleur, de la réalisation d'une carte de vœux (c'est de saison) à la production de catalogue de plusieurs centaines de pages.
Chacun de ces projets est constitué d'une multitude de tâches, conditionnées par des échéances qu'il faut absolument respecter : à quoi servirait un catalogue qui sortirait 3 semaines après LE salon professionnel de l'année ?
Le marketing est probablement le service de l'entreprise qui cumule le plus grande nombre de contraintes, qu'il s'agisse de planning, de budgets et de résultat obtenu.

Pourtant, à part des méthodes propres à chaque entreprise, constituée au fil des années en fonction de l'expérience de chacun, il n'existe ni véritable méthodologie propre aux projets marketing, ni réels outils de conduite de projets.

C'est à ce niveau que je suis convaincu que Scrum pourrait parfaitement se décliner en ScrumM (M pour Marketing). On pourrait ainsi très bien imaginer une déclinaison d'un logiciel type IceScrum dans lequel le pilote de projet découperait la réalisation de sa campagne en n micro-tâches et les regrouperait en sprints à réaliser à des dates précises. La planification et le suivi n'en seraient que facilités, chacun dans l'équipe se chargeant de réaliser ce qui lui incombe, en interagissant en osmose et en parfaite symbiose, et en privilégiant les échanges directs et réguliers aux réunions lourdingues ou aux échanges formels.

Les services marketing sont déjà habitués à être flexibles et réactifs, de fait, ils sont déjà agiles.
Il ne leur reste plus qu'à adopter une méthodologie de travail pour être encore plus efficaces. Pardon, efficients… ;-)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…