Accéder au contenu principal

Pub TV : Google ne vend pas du rêve, mais de la réalité

Je viens de découvrir la nouvelle campagne TV de Google. Simplement et efficacement, elle explique comment une jeune artiste inconnue, Irma, a réussi à produire son premier album grâce au soutien des internautes. Et des outils Google bien sûr.

Cette démarche est intéressante car elle rompt avec les codes en vigueur dans la pub depuis au moins une décennie.
Goggle vend du réel et du vécu, là où les marques vendent habituellement du rêve. Réussite, dépassement de soi, séduction, accomplissement, conquête... Tous les échelons de la pyramide de Maslow sont passés par la machine à promesse.

Enfant de la télé, notre génération hyper-connectée est probablement trop habituée à la pub pour tomber encore dans ces vieux panneaux. Si nous savons apprécier l'esthétisme d'une pub, nous ne sommes pas pour autant dupes sur le message véhiculé.

Il n'y a qu'à voir à quel point tombent à plat les vraies-fausses pubs de Banques ou de fast-foods qui font semblant de mettre en scène des vrais gens, alors que tout le monde sait que ce sont des acteurs.

Crise oblige, les temps sont durs et les consommateurs sont en recherche d'authenticité. La pub ne doit plus nous vendre un modèle de société, des rêves ou de la philosophie. Ce n'est plus son rôle, elle n'a plus aucune légitimité pour le faire. Pour parler à la génération Y elle doit être vraie et authentique, sobre et sans fioriture.

Google l'a bien compris, et sa campagne raconte une belle vraie histoire. Inattaquable.

Je pense que cela annonce une nouvelle tendance dans la pub, celle du "real-marketing".

La pub avait déjà connu cela dans les années 70. Après 20 ans de promesses et d'american way of life et suite à plusieurs scandales dont celui de la Ford Pinto, une agence avait bâti une campagne à contre-emploi pour Volvo US, sur le principe du "no-more-bullshit" : en gros, ils expliquaient que, certes, la voiture n'était pas très jolie, mais qu'elle était économique et sûre pour transporter ses enfants. Ce fut un succès, les consommateurs plébiscitant la profession de foi du constructeur.

A l'heure des réseaux sociaux, des échanges fulgurants aux 4 coins du monds, de l'infobésité et du consommateur-zappeur, rien ne vaut l'authencité et le parler vrai. Et surtout plus le mentir'vrai cher aux pubards post-soixant'huitards.

#nomorebullshit

Regardez "Nouvelle pub tv Google Chrome avec Irma - mu2gor" sur YouTube

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…