Accéder au contenu principal

Le Dropshipping dans l'imprimerie se développe en Amérique du Nord… et en Europe



Je vous parlais il y a quelques jours de l'initiative de Printful en Europe : service de drop shipping de l'imprimerie et des objets pub (livraison en marque blanche via un connecteur API), Printful a connu un très beau succès aux USA avant de se lancer sur le vieux continent.

En creusant en peu plus le sujet, je me suis rendu compte qu'aux USA plusieurs sociétés avaient développé une offre très aboutie d'imprimerie en drop shipping, basée sur le triangle Connecteurs API / catalogue produit "sur étagère" / livraison en marque blanche.

Un nouveau modèle économique pour les imprimeurs

Pendant longtemps, on a pu croire – à tort – que par leur complexité, les produits imprimés seraient tenus à l'écart du modèle du drop shipping. Pourtant, plusieurs acteurs se sont lancés sur ce marché, en visant prioritairement des produits grands publics, orientés soit vers la déco, soit vers le wearable (tee-shirts) ou les objets promotionnels.
Voici quelques exemples :


La réussite de ces nouveaux types d'imprimeurs interroge sur leur modèle économique autour du eCommerce. Plutôt que d'aller se battre avec les géants du web-to-print, ils préfèrent opérer sous le radar, en tant que sous-traitant invisible… mais bien présents. Et cibler tantôt les petites boutiques avec des communautés de niche ou des réseaux installés, dans la franchise par exemple. C'est malin et inspirant pour les "petits" imprimeurs je trouve.

Des opérateurs plus discrets en Europe

En Europe, il y a en apparence moins d'acteurs spécialisés (hormis Dropshipprint ou Pwinty). Toutefois, quasiment tous les gros opérateurs du web-to-print proposent à la fois des connecteurs API vers leur catalogue et leur workflow de commande, avec livraison en marque blanche. Ils communiquent cependant moins ouvertement que les opérateurs spécialisés. Parmi les plus connus, on trouve notamment :



Certains imprimeurs spécialisé – comme Adesa pour les étiquettes avec son API Smartlabel – ont également développé des webservices pour faciliter l'impression et la livraison d'étiquettes en marque blanche.

Une tendance forte pour les années à venir ?

Au cours des années passées, beaucoup d'opérateurs web-to-print se sont acharnés à proposer à leurs clients grands comptes des plateformes de prise de commande en marque blanche, pour les réseaux de franchises par exemple. Ce modèle a relativement peu fonctionné, car la plupart des clients potentiels disposaient déjà d'un site web, avec pour certains une base de clients… Ajouter un nouveau site à leur éco-système amenait beaucoup de complexité et de lourdeur, sans compter un manque de maîtrise de la données clients assez peu compatible avec les nouvelles exigences du RGPD. L'API est bien plus séduisante : sans modifier son site web, et tout en conservant la maîtrise totale de ses bases clients et de son code, un client potentiel peut enrichir son site web d'une offre de web-to-print ciblée pour son audience grâce au drop shipping. Source de revenu additionnelle, elle n'impacte pas son éco-système informatique. Une logique de "Lego" appliquée au eCommerce du Print, voilà qui devrait fortement se développer dans les années à venir.

Vous êtes imprimeur "Offline", ou vous avez déjà une activité d'impression en ligne ? Je vous conseille vivement de réfléchir à comment se différencier grâce à la conductivité de votre système d'information. Loin de la gué-guerre des prix, la connectivité de votre outil de production est un enjeu stratégique et un différenciateur majeur sur le marché, auquel beaucoup de clients attachent de l'importance aujourd'hui…



Source illustration : https://www.creerentreprise.fr/dropshipping-definition-avantages-inconvenients/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !