Accéder au contenu principal

Une page se tourne chez Easyflyer






Dans un article paru sur son compte Linkedin, Fabien Pretre vient d’annoncer le départ prochain des 4 fondateurs d’Easyflyer. C’est une surprise sans en être une, Easyflyer étant restée l’une des seule business units dans laquelle les anciens propriétaires avaient conservé la direction après leur rachat par CIMPRESS.
Passée de 0 à 24 millions d’euros en 10 ans, Easyflyer est un exemple brillant de ce que le eCommerce peut apporter de dynamisme à l’imprimerie. J’ai eu la chance de croiser à plusieurs reprises Laurent et Fabien, d’abord via Twitter et mon blog vers 2010, puis chez CIMPRESS. J’ai toujours été fasciné par le côté « libre penseur » et rebelle des 2 frangins, et par la vision de Fabien en matière d’expérience utilisateur et de service client. C’est un curieux-né, un visionnaire et vrai Bonhomme. J’espère que la transition sera aussi douce que possible pour l’équipage du Black Pearl...
Dans son communiqué de presse, CIMPRESS détaille sa stratégie de regroupement d’un certain nombre de marques (Pixartprinting, Exaprint, Easyflyer, Tradeprint) sous le pavillon de « The Print Group » piloté par Paolo Roatta, président de Pixartprinting. Easyflyer sera désormais dirigé par Frank Bertenburg. Selon le communiqué de presse de Cimpress « l'équipe d'Easyflyer bénéficiera de toute l'expérience et de l'échange de savoir-faire des équipes de management de PixartPrinting, qui travailleront à leur côté, pour de nouveaux challenges. »

Bon vent aux quatre pirates, une pensée amicale à Fabien, Laurent et Nicolas en espérant que l’ADN d’Easyflyer perdure le plus longtemps possible...




Image : France Graphique



Commentaires

  1. Bonjour Ludovic,
    Je ne sais pas si vous suivez Easyflyer depuis le départ des 4 fondateurs...
    En tant que revendeur depuis 2017, je constate avec consternation que cet ADN dont vous parlez a bien vite disparu. Bien trop vite. Quel gâchis.
    Il n'y a qu'à lire les avis Google d'Easyflyer depuis septembre 2019 pour se rendre compte du désastre en cours.
    Délais de production plus du tout respectés, aucune prise en compte des problématiques de revendeurs (comme moi) et du fait qu'un retard d'une commande pour un événement nous fait "tout simplement" perdre ce client ("on comprend c'est pour ça qu'on vous propose un geste à hauteur de 20% de la commande" ?!!), changement des produits sans prévenir (passage du PVC Forex à du carton alvéolé sur les cadres photobooth, plus aucune rigidité)...
    Les 4 fondateurs avaient le sens de la satisfaction et du service client, autant que le bien-être de leur équipe, dans le sang. Je me souviendrai toujours de la livraison express d'un cadre photobooth, faite par Benjamin en personne, d'Orléans à Paris pour l'événement d'un client, pile à l'heure le jour J...(merci encore !)
    La nouvelle direction (c'est à se demander s'il y a quelqu'un aux manettes) semble avoir tout balayé.
    C'est triste, c'est rageant, mais c'est ainsi. Fabien, Laurent, Nicolas et Benjamin, soyez fiers de ce que vous avez construit, le gap est si important depuis votre départ...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…