Les fabricants de presses d'imprimerie face à la disruption des modèles eCommerce-driven

 
 
Depuis toujours, les fabricants vendent des de presses d’impression, et avec ces machines, une capacité potentielle de travaux. Charge à l’imprimeur de trouver suffisamment de clients pour alimenter ces machines.
 
Ce modèle ne suffit pourtant plus aujourd’hui… De fabricants de presses à imprimer, les grandes multinationales de l’imprimerie se sont transformés en distributeurs de solutions complètes, intégrant front-office, back-office, flux, systèmes d’impression et de finition, et connectivité pour se brancher aux différents flux. Parallèlement, leur clientèle historique se réduit – malheureusement – alors que simultanément émergent de nouveaux utilisateurs, portés par le eCommerce et le print-on-demand. Mais cette clientèle-là ne veut pas de machines et n’en a que faire des technologies d'impression… Ce qu'elle recherche, c’est une bande passante de capacité de production, des SLA* pour garantir la qualité et les délais de réalisations, des prix négociés et constants, et une stratégie RSE avec une réduction de l’empreinte carbone.
 
En d’autres termes, toutes les jeunes pousses du web, les digital native vertical brands (DNVB) qui fleurissent et prospèrent dans leurs éco-systèmes ou dans ceux de Shopify, Amazon, AliExpress et autres veulent savoir combien de jobs elles peuvent confier à un interlocuteur, à quel prix, sous quelles conditions et sous quelles contraintes environnementales. Et surtout, elles veulent du plug & print, car elles ne veulent pas mettre les mains dans le cambouis de la fabrication et de l’impression.
D’un côté, on trouve les acteurs du CloudPrinting pour répondre à cette nouvelle demande, je vous en parle régulièrement. De l’autre, j’ai le sentiment que les leaders mondiaux de l’impression vont devenir rapidement de nouveaux interlocuteurs pour cette clientèle à la croissance exponentielle. Avec un modèle disruptif.
 
Je pense que nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère dans la relation entre l’imprimeur et le fabricant de presses. Demain ou après-demain, les fabricants ne proposeront plus simplement une machine, avec sa maintenance, ses consommables, ses options et ses logiciels. Ils offriront à l’imprimeur un ensemble, avec un volume de jobs garantis, et le business-model qui va avec. Car ces fabricants, j’en suis sûr, négocieront à grande échelle avec les nouvelles stars du web des contrats de fournitures de produits imprimés et personnalisés, et ils apporteront la force d’un réseau de presses connectées.
Grâce à cela, ils pourront « vendre » aux imprimeurs une machine avec un niveau de jobs assurés,pour amortir une part des coûts fixes. Charge à l’imprimeur de respecter les cahiers des charges, les niveaux de services et les diverses exigences environnementales. Ces néo-réseaux ultra-localisés permettront de réduire les temps de fabrication, les délais de transport, l’impact carbone, et ils apporteront une nouvelle souplesse et de nouveaux services. Ils poseront aussi de nouvelles questions sur les relations de dépendances qu’ils peuvent induire, mais ça ce sera encore un autre débat.
 
Je m’emballe sûrement… mais j’ai le sentiment que le eBusiness est en train de transformer notre industrie bien au-delà de la distribution.
 
 
 
 
*Service Level Agreement - accords sur les niveaux de service
 
 
Image par Colin Behrens de Pixabay

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Le ROAS du print (mailing, asile colis…) est 3 à 10 fois supérieur à celui de Google Ads, Facebooks Ads ou du cold emailing

Qui est Apollo Global Management, le fonds qui vient d'investir 300 millions d'euros dans Cimpress ?