Prestashop racheté… par un imprimeur : la prochaine bataille du web2print se déroulera-t'elle dans le secteur du routage et l'équipement de bureau ?

 
La semaine dernière, au milieu des milliers d’annonces relatives au Black Friday, une dépêche est passée relativement inaperçue. Pourtant, elle est loin d’être anodine : Prestashop a été racheté. L’éditeur d’une des solutions majeures de eCommerce, qui motorise en open-source des dizaine de milliers de boutiques en ligne en France et dans le monde a décidé de se vendre. Personnellement, cela ne m’a pas surpris. Depuis le rachat par Adobe de Magento, il devenait évident que pour continuer à innover afin de suivre les évolutions perpétuelles du marché, Prestashop devait se muscler, au risque sinon de voir la communauté s’étioler et ses clients basculer vers d’autres plateformes.
 
 
Ce qui est réellement surprenant, c’est le profil de la société qui a procédé au rachat. Je me serai attendu à une SSII, à un éditeur de logiciels type CRM ou marketing automation, mais là… Le nouveau propriétaire de Prestashop est le groupe italien MBE Corporate, qui pilote un portefeuille de marques assez large, dans lequel on retrouve AlphaGraphics, Print Speak, MailBoxes, PostNet, Multicopy… Ce groupe est un imprimeur / routeur, qui a développé des solutions globales de marketing pour ses clients, avec un maillage important de centres de services.
C’est un profil vraiment atypique, mais ce mouvement augure peut-être de la prochaine grande bataille de l’imprimerie en ligne.
 
Avec ses différentes marques, MBE cible les indépendants, les PME, bref le monde de l’entreprise, qui est en train de se tourner massivement vers le eCommerce. Prestashop va lui permettre d’attirer de nouveaux clients, et de leur proposer un service global, incluant l’expédition de colis, mais aussi la production et le routage de leurs supports marketing.
 
En Amérique du Nord et au Royaume-Uni, les opérateurs d’Office Supply au sens large (fournitures, équipements, services, expéditions pour le bureau) intègrent de plus en plus d’imprimerie en ligne. Staples, Viking Direct, Fedex, UPS… proposent désormais des espaces d’impression en ligne.
 
 
Je pense que nous sommes à l’aube d’un mouvement similaire en Europe : le marché des fournitures de bureau se concentre autour d’un nombre réduit d’opérateurs (reprise d’Office Depot par Raja par exemple) qui étendent de plus en plus leur gamme de produits. Il me paraît logique que les vendeurs de fournitures de bureau, de livraison express ou de services postaux, proposent bientôt des espaces web-to-print / mailing postal pour leurs clients. On en est encore loin : même s’il y a eu des tentatives, elles restent généralement limitées à des demandes de devis ou des interfaces relativement obsolètes, avec un lien online / offline pas toujours évident. Qu’il soit distributeur d’équipement de bureau, transporteur de colis express ou opérateur de services postaux, celui qui réussira à proposer rapidement à ses clients une expérience client hyper-fluide en impression en ligne pourrait conquérir une part de marché non-négligeable sur ce secteur, et prendre une véritable avance sur ce secteur stratégique…
 
Sources : 

Commentaires

  1. Humm, cette info était passée sous mes radars.
    Elle est déterminante pour un acteur du marche de l'impression dans le choix du CMS qu'il utilise ou va utiliser pour la structure de son service Web to Print.
    En effet un imprimeur en choisissant Prestashop va potentiellement choisir de travailler avec un concurrent.
    Pour autant la choses était en effet prévisible car Prestashop perdait régulièrement des parts de marchés face à Woocommerce. Nous en avions parlés dernièrement ici:
    https://darius-print.com/woocommerce-vs-prestashop/
    Merci Ludovic
    Marc Tourneroche

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

D'accord ? Pas d'accord ? Laissez votre commentaire sur ce post…

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Qui est Apollo Global Management, le fonds qui vient d'investir 300 millions d'euros dans Cimpress ?

Le ROAS du print (mailing, asile colis…) est 3 à 10 fois supérieur à celui de Google Ads, Facebooks Ads ou du cold emailing