Accéder au contenu principal

Le rôle-clé du Chief Customer Advocate (CCA)

Beaucoup d'entreprises, du web ou d'autres secteurs, font de la satisfaction-client un axe essentiel de leur stratégie. Et bien sûr, de leur communication.
Pourtant, lorsqu'on les interroge sur qui représente les clients dans leur organigramme, la réponse est souvent évasive, pour ne pas dire embarrassée. Tantôt ce seront les commerciaux qui seront les porte-paroles des clients, tantôt la hot-line, tantôt lequaliticien s'il existe. Ou alors, ce sera le ou la boss. Bien souvent, on s'en remettra à la perception toute personnelle de telle ou tel qui s'imaginera un instant dans la peau d'un client pour donner son opinion. Ou alors on demandera à son beau-frère.

SalesForce a édité il y a plusieurs années un livre blanc intitulé "The 7 secrets of startup success" que je vous recommande chaudement de lire.
Parmi ses recommandations, il en est une qui m'a toujours impressionné par sa simplicité et sa pertinence : SalesForce recommande de créer un poste de Chief Customer Advocate, au niveau de la Direction Générale. On connaît les CEO, les CTO, les CMO... voici le CCA.
L'idée est d'implémenter dans l'organigramme un porte-parole des clients, un défenseur de l'usager. Cette personne n'aura pas juste un rôle consultatif, planquée au fond d'un placard ; non, SalesForce recommande que cette personne dispose hiérarchiquement d'un pouvoir lui permettant de statuer sur toutes les décisions qui peuvent impacter le client, que ce soit en R&D, en SAV, en marketing ou en commercial. Avec un vrai droit de véto.
Sacrée révolution culturelle...

Après tout, beaucoup d'entreprises ont franchi le cap de l'assurance-qualité, et de nouveaux interlocuteurs QA se sont immiscés dans les processus décisionnels.
Alors pourquoi pas un "Défenseur des clients" ? La qualité de service ne pourrait qu'y gagner...

Et vous, qui portela voix des clients dans votre entreprise ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…