Accéder au contenu principal

M-Commerce : le paiement comme enjeu majeur



Avec le développement de l'utilisation des smartphones, les applications qui offrent des fonctionnalités d'achat en ligne se multiplient. Au point aujourd'hui que ce l'on appelle le "m-Commerce" connaît une croissance fulgurante : les terminaux mobiles offrent en effet des possibilités inédites et particulièrement performantes lorsque géolocalisation et réseaux sociaux se conjuguent.
L'écueil majeur qui freine encore l'achat en ligne, c'est le paiement.
En effet, sur Android ou Windows Phone, il n'existe pas de système unifié. Lorsqu'on souhaite acheter un produit en ligne, il faut soit sortir la carte bancaire, soit utilisé une plateforme telle qu'Amazon qui mémorise les informations de votre carte. Or il semble que la saisie des coordonnées de carte bleue effraye bon nombre d'usagers, moi le premier.

Google semble vouloir imposer son propre système de paiement "Wallet" à toutes les applis qui seront proposées sur son store. Trois objectifs à cela :
  • sécuriser l'acheteur en offrant la signature et la caution de Google
  • favoriser les micro-achats d'impulsion pour doper le CA du m-commerce
  • capter de l'information sur les comportements d'achat
Toutefois, quelle alternative pour les éditeurs qui ne souhaiteraient pas s'emprisonner dans le système de paiement d'une plateforme ou d'une autre ?
  • bien sûr, il reste la possibilité du paiement direct, ou de la rétention de CB... mais ce n'est pas un comportement suffisamment souple ;
  • il y a toujours PayPal, mais à mon humble avis, cela reste un moyen trop "geek" pour être popularisé en masse ;
  • les opérateurs de téléphonie ont un rôle à jouer : ils pourraient proposer des solutions de report d'achat sur la facture de téléphonie, comme c'est le cas pour d'autres services de télématique. Là encore, la caution d'un opérateur de renom sécuriserait les acheteurs.
Personnellement, je vois une autre alternative, et non des moindres : Facebook.
Et oui, Facebook a déjà sa monnaie (les Facebook Credits), mais elle reste cantonnée aux applications internes à Facebook. 
Pourtant, quel formidable outil ! Imaginez de quelle façon Facebook pourrait jouer le rôle d'alternative aux systèmes de paiement traditionnels. Vous provisionnez votre solde de crédits Facebook avec votre carte bleue, ou vous recevez des crédits en cadeau pour votre anniversaire, puis vous les dépensez où vous le souhaitez, sur vos apps mobiles, sur votre plateforme de musique ou sur un site de e-Commerce. Facebook est suffisamment renommé pour rassurer les acheteurs, et le système des crédits est redoutable pour inciter aux micro-achats.
Car c'est bien à ça qu'il servirait.

Ce serait de surcroît un outil de promotion et de communication fabuleux : cartes-cadeaux, offre de crédits, fidélisation... Facebook pourrait devenir une monnaie universelle.

Mark, si tu nous entends... :-)

Quoi qu'il en soit, en attendant, amis éditeurs d'app de m-commerce, réfléchissez très en amont à la problématique de paiement. Le tunnel d'achat et de paiement doit être le plus souple et le plus "huilé" possible... aucun écueil ne doit entraver la progression du client dans l'entonnoir.

Sources :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…