Accéder au contenu principal

Social Shopping : Nuji plus fort que Pinterest

Pinterest a d'ores et déjà révolutionné notre façon de consommer des visuels. On navigue, on aime, on "pin" et on partage. Au-delà des problématiques de droits d'auteur, il faut reconnaître que le principe est séduisant. Il donne un coup de vieux aux anciennes méthodes de partage, que ce soit via des bookmarks partagés ou via Twitter.Toutefois, Pinterest laisse l'utilisateur sur sa faim. A part contempler ce que les autres ont épinglé, il n'y a pas grand'chose à faire.

Dans le sillage de Pinterest, d'autres services pointent le bout de leur nez. J'ai eu la chance de pouvoir ainsi tester Nuji, encore en beta. Et autant vous dire que je suis tombé de ma chaise. Dans une époque où les marques que le consommateur arbore sont affichées comme de véritables traits de personnalité, Nuji permet à n'importe qui de sélectionner les produits qu'il aime, et de les partager avec sa communauté. Le principe est similaire à Pinterest : vous surfez, vous dénichez un produit que vous aimez, vous le tagguez (encore plus facilement qu'avec Pinterest) et automatiquement, vos amis en sont informés.
De consommateur vous devenez prescripteur.



Là où Nuji est très fort, c'est qu'il propose à vos followers mais aussi à n'importe quel internaute d'acheter directement le produit que vous recommandez. Et de partager vos trouvailles avec vos amis, sur vos réseaux traditionnels. C'est là où c'est balèze.
En partageant un produit, je valorise l'e-commerçant qui en est à l'origine, et je draine de l'audience vers son site.

Nuji devient ainsi une vitrine de mes goûts et des produits que j'aime ou je revendique. Il va également devenir un formidable outil de partage au sein de communautés qui se construisent autour d'objets. Brocanteurs, antiquaires, accros aux soldes, amateurs de vieux bouquins... Nuji est un formidable levier de partage de choses que l'on aime, même si les choix sont très éclectiques.

Et puis le potentiel viral de l'outil est exponentiel : imaginez un instant le Nuji de Georges Clooney, ou de Justin Bieber. De telles stars qui afficheraient leur affectation (réelle ou monnayée) pour tel ou tel produit boosteraient de façon phénoménale les ventes. Sans aller aussi loin, des influenceurs reconnus (bloggueurs par exemple) disposeraient du pouvoir de déceler des tendances et de dénicher de nouveaux produits avant-gardistes.

Pour les petits e-commerçants, c'est également un moyen efficace de constituer des sortes de vitrines virtuelles, par exemple pour valoriser les produits issus d'un terroir très précis (au hasard tous les produits de la gastronomie aveyronnaise).

Je suis convaincu que ce type de navigation a un bel avenir. A condition que ce ne soit pas un réseau de plus, mais qu'il s'intègre de manière fluide aux réseaux existants, Facebook en tête.

Si vous voulez jeter un coup à mon Nuji, c'est ici : http://www.nuji.com/LudoMartin

Commentaires

  1. Merci de ce test et de cette trouvaille qui effectivement promet pas mal. Et respect pour le bob Adidas vintage !-)

    RépondreSupprimer
  2. Intéressant, je ne connaissais pas. J'ai demandé une invit' pour tester moi aussi ;)

    RépondreSupprimer
  3. Un nouveau site dédié aux produits pour enfants : http://www.kiiidz.com/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…