Accéder au contenu principal

Lettre ouverte aux graphistes qui ne corrigent pas le bug de l'apostrophe dans Illustrator

Toi. Oui Toi, confrère graphiste dont le quotidien consiste à mettre en forme des packagings pour la grande distribution, et dont l’outil de prédilection est ADOBE ILLUSTRATOR.

Toi, qui doit composer avec des contraintes de travail toujours plus strictes, des délais toujours plus courts et qui rêve de mettre en page des livres pour enfants alors que tu es en train de copier-coller des listes d’ingrédients en n'oubliant pas le pour-votre-santé-mangez-au-moins-5-fruits-et-légumes-par-jour.

Toi, qui n’imagine pas un instant qu’il puisse exister des grands malades qui, comme moi, ont l’habitude de lire les emballages des produits. Oui, je l’avoue, encore une de mes tares dont je n’arrive à me défaire.
JE LIS LES EMBALLAGES.
J’ai honte. Bien sûr, je pourrais vous mentir en vous disant que je suis soucieux de ma santé et de celles de mes proches, que je veux savoir ce qu’il y a dans mon assiette… Mais ce serait faux.
Ce n’est qu’une détestable conséquence de plus de mon ex-vie de graphiste. Comme je tourne la tête à chaque fois que je vois une affiche pour savoir “c'est qui qui l’a fait”, j'ai le réflexe désormais d’osculter le moindre emballage pour le décortiquer, comprendre comment il est fait, regarder les typos et, suprême dépravation, voir combien de tons directs ils ont utilisé pour l’imprimer.
Je sais, c'est grave.

Alors Toi, toi qui lorsque tu tapes du texte dans Illustrator, tu te contentes de l’apostrophe DE BASE… je te déteste. Tout le monde sait qu’Illustrator est buggé à ce niveau-là. Lorsqu'on appuie sur la touche du “4”, Illustrator n'insère pas l’apostrophe défini il y a des centaines d'années par un typographe allemand au fond de son échoppe. Non, Illustrator lui, il dessine un trait vertical. Point. Enfin point Barre.
La typo est en italique ? Illustrator lui, il s'en fout. Il met un trait vertical.

Donc tout graphiste normalement constitué et suffisamment maniaque va éviter le simple apostrophe. Et devant les yeux ébahis de sa stagiaire, il va faire un ALT-SHIFT-4 pour faire un joli apostrophe, avec la petite virgule qui va bien.

Héhé.

Je l'invente pas. TOUT LE MONDE LE SAIT, BORDEL.

On ne fait pas ça : ' mais ça . C’est pas compliqué, non ?!

Alors toi qui te contente de l’apostrophe buggé d'Illustrator, sache que tu me gâches bien des repas.

Et hop, en voilà un sur une bouteille d’eau





Et zou, un second sur un emballage de dosettes de café


Et bam, une jolie typo massacrée sur un pot de crème.




Commentaires

  1. Bah normalement quand on appuie sur la touche "4" correspondant à l'apostrophe, Illustrator nous sort un bel apostrophe dans la typo et la graisse voulu (autant faut-il qu'il soit intégré dans la typo !).

    Après, je suis sur CS4 et/ou CS5. Peut-être qu'il y a un bug dans les versions précédentes mais ça m'étonne un peu. Je pense plutôt que c'est un problème de police de caractère.

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas un bug… mais tout simplement l'apostrophe dactylographique (existe aussi en version guillemets) qui permettait de n'utiliser qu'un seul signe pour ouvrir et fermer (http://fr.wikipedia.org/wiki/Apostrophe_(typographie)). Et ce n'est pas propre à Illustrator : on a le même soucis avec n'importe quel logiciel de traitement de texte ou PAO… sauf si l'on a bien paramétré les préférences typographiques, comme sur XPress, par exemple… Cette précision faîte, je suis bien d'accord, c'est détestable.

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait d'accord avec Lorran. Rien à voir avec Illustrator. D'ailleurs rien ne dit que les exemples présentés ont été mis en page avec Illustrator. Aujourd'hui, c'est bien connu, tout le monde fait de la PAO avec Photoshop, c'est tellement plus simple.

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement, ce détestable apostrophe se retrouve sur tous les logiciels. Sauf que la plupart d'entre eux effectuent une correction automatique pour lui substituer un bel apostrophe typographique. Sous Illustrator, au moins jusqu'à la CS3 (même si je suis persuadé d'avoir rencontré le soucis sous CS4), l'auyocorrection ne s'opère pas. Quant au packaging, sincèrement, Illustrator reste l'outil roi. J'en veux entre autres pour preuve la gamme de plugins qu'Esko, spécialiste du packaging, a développé pour AI.

    RépondreSupprimer
  5. Les préférences de IndDesign affectent Illustrator. Cocher : Préférences / Textes / Utiliser des guillemets typo
    Et le tour est joué ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !