Accéder au contenu principal

Pixelapse : ou comment fluidifier les échanges entre graphiste et client

Des solutions de révision et d'annotation de fichiers graphiques, il n'en manque pas. En la matière, l'une de mes préférées est UpShot, son design et son usabilité étant largement au-dessus de la moyenne.
Adobe a également intégré CSReview, une solution de ce type, dans la CS5, mais je ne pense pas qu'elle se soit véritablement imposée parmi les graphistes (si vous l'utilisez, n'hésitez pas à me faire part de votre avis en commentaire à ce post).
Je viens de recevoir une gentille invitation de la part d'un nouveau venu, Pixelapse.
A première vue, rien de très original.Sauf que...Pixelapse se situe exactement à mi-chemin entre un DropBox et une solution de révision en ligne.
De DropBox, il a pris la simplicité : je sauve localement mon fichier PSD, AI, FW, PNG ou JPEG dans un dossier précis. Et automatiquement, en arrière-plan, le fichier est synchronisé avec mon compte en ligne.
Donc déjà, on a un système de sauvegarde automatique.


Mais ce n'est pas tout : le versionnement est un cauchemar pour les graphistes compte-tenu du poids des fichiers qu'ils manipulent et du nombre de modifications qu'ils peuvent apporter...Qui n'a jamais fait 25 révisions d'un fichier pour finalement s'entendre dire que "ah bah on pourrait pas remettre le truc du début ?".

Et bien à chaque itération du fichier, Pixelapse crée en ligne une nouvelle version de votre document : vous pouvez ainsi naviguer dans l'historique de votre document. Et j'imagine qu'à terme, il sera possible de restaurer une version antérieure (je dis "j'imagine" car Pixelapse étant encore en Beta, je ne suis pas arrivé à réaliser cette manipulation).



Donc déjà, on a la sauvegarde automatique + le versionnement des fichiers + la capacité à restaurer une version antérieure.Voilà qui est intéressant.Mais ce n'est pas tout...



Votre fichier en ligne devient une sorte de mini-réseau social : vous pouvez inviter vos clients ou vos collaborateurs à commenter le document, sous la forme d'un mini-Twitter ou d'y apposer des notes directement dans le fichier.Ils peuvent également comparer plusieurs versions d'un même document, avec zoom et pan synchronisé.
Simple, mais efficace.

Si le prix de la solution est raisonnable, voilà un bel outil qui devrait apporter un vrai plus aux enjeux des graphistes indépendants ou des petites agences. L'interface est très simple, l'usabilité au top et le look & feel très "Twitter-like" (je pense d'ailleurs que c'est le framework de Twitter derrière). De surcroît, Pixelapse propose une URL personnalisée qui fera très "pro" pour votre agence ou votre studio.

J'ai quelques regrets cependant, qui je l'espère seront gommés par des évolutions futures :

  • le nombre restreint de formats de fichiers supportés : le PDF devrait être compatible, et l'Indesign aussi
  • l'absence de système de vote ou de workflow pour élire, valider ou rejeter des créas
  • le non-rapatriement (mais je ne suis pas sûr) des annotations dans le fichier réimporté (sous forme de notes Photoshop par exemple)
A suivre de très près donc, c'est un joli bébé qui se prépare...
Si vous voulez avoir un aperçu, une démo en ligne est disponible à cette adresse : http://www.pixelapse.com/demo

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…