La Fevad dévoile les chiffres-clés du eCommerce 2021 : +32% de croissance pour la vente de produits. Quels enseignements en tirer ?

 
 
 
Comme chaque année à cette époque, la FEVAD publie son analyse des chiffres-clés du eCommerce en France. Si à chaque fois, ce rapport est attendu, la crise sanitaire m’a rendu encore plus impatient de le lire. Je n’ai pas été déçu, car il confirme les tendances que je pressens via ce que je peux observer chez mes clients ou ce que mon réseau me remonte. Voici en quelques lignes les informations essentielles de ce rapport que je vous invite vraiment à consulter en détail : 
  • la croissance annuelle du eCommerce en France a été de 8,5% (contre 11,7% en 2019)
  • le eCommerce pèse désormais 112,2 milliards d’€. A titre de comparaison, c’est quasiment le « poids » de l’industrie automobile en France (selon le rapport du Ministère de l’Economie)
  • cette situation masque de très forts contrastes selon les secteurs
    • forte croissance de la distribution de produits (+32%)
    • chute du secteur du voyage, tourisme, loisirs (-41%)
    • en B2B, la croissance atteint 11% de C.A.
    • augmentation des achats par les français : 1,84 milliards de transactions en 2020
    • augmentation du Drive
  • le eCommerce représente 13,1% de l’ensemble du commerce de détail, en constante croissance : le commerce se digitalise, même s’il reste encore majoritairement offline
  • 41,6 millions de français achètent en ligne, soit +1,5 million par rapport à 2019. Quasiment toutes les classes d’âge sont consommatrices, avec une prédominance des 25-49 ans. Cette augmentation est la plus forte depuis 2015
  • 17,1 million de français effectuent des achats à partir de leur mobile, soit 41,4% des acheteurs
  • En moyenne, les français réalisent 3,7 transactions par mois, pour un budget de 2700 € par an
  • Le nombre de sites a augmenté de 12% par rapport au 1er trimestre 2020, à 177 000 sites marchands actifs
  • 93% des sites eCommerce font moins de 1 million € de C.A. par an, 73% réalisent moins de 100 000 € de C.A. Seuls 1,1% des sites réalisent plus de 10 millions d’€ de C.A. (!)
  • 65% des sites de moins de 10 millions d’€ de C.A. sont rentables
  • En B2B, "34% des acheteurs estiment que la crise les a conduit à commander d’avantage en ligne. 70% estiment que cette évolution est désormais acquise."
  • Le site Internet des distributeurs devient la principale source d’information des clients professionnels, avant le catalogue et l'appel téléphonique. 61% des ETI et 57% des PME indiquent avoir recherché de l’information sur le site Internet des distributeurs avant un achat
  • Les secteurs dans lesquels les commandes sur Internet ont le plus augmenté sont l’agriculture (+44%), le commerce (+40%), la santé (+38%), le BTP (+35%) et les services (+31%).
  • Ce rapport met également en exergue les attentes des consommateurs en matière de responsabilité environnementale, notamment au niveau des emballages et de la favorisation de l’économie circulaire
 

Conclusions

L’économie se digitalise, à la vitesse grand V, et pas uniquement pour les particuliers. La recherche d’information par Internet, l’achat en ligne… tout cela se démocratise, y compris dans les environnements professionnels. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le jeu n’est pas totalement occupé par les plus gros sites. Il reste encore de la place pour des acteurs de plus petite taille, à condition de répondre efficacement aux attentes des acheteurs, que ce soit en termes d’expérience d’achat, de compatibilité mobile, de circuit court ou de responsabilité environnementale.
La vente en ligne n’est donc plus une option désormais, c’est une nécessité. Si vous ne vous digitalisez pas, vos clients eux, le feront… et ils iront voir ailleurs.
 
Le eCommerce représente de belles opportunités dans bien des secteurs, à condition d’avancer avec agilité et rapidité, en étant le plus pragmatique possible.
 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Qui est Apollo Global Management, le fonds qui vient d'investir 300 millions d'euros dans Cimpress ?

Le ROAS du print (mailing, asile colis…) est 3 à 10 fois supérieur à celui de Google Ads, Facebooks Ads ou du cold emailing