Webtoprint painpoints : les imprimeurs en ligne face à la "plaie" des collectionneurs d'échantillons et d'offres gratuites

 




Quand j'étais petit, avec mes copains, on incitait nos mamans à choisir Bonux pour le cadeau qui se cachait dans chaque paquet de lessive. Quelle joie de tripatouiller dans cette poudre pour dénicher un… machin en plastique qu'on arborait fièrement tel un trophée sur les étagères de nos chambres à coucher. Je me souviens aussi de la frénésie des collections d'autocollants, que l'on "stickait" sur nos vélos, nos cartables et nos cahiers. De tous temps, les échantillons publicitaires ont attiré les collectionneurs amateurs.

Mais aujourd'hui, cette tendance prend un nouveau tournant. Avec les réseaux sociaux, beaucoup de gens se voient comme des influenceurs, et dans la course aux likes et aux vues, tous les moyens sont bons. Depuis 2-3 ans, je constate chez de nombreux imprimeurs en ligne deux nouvelles tendances :

  1. Les vidéos d'unboxing, qui chassent les échantillons : l"unboxing", vous ne connaissez pas ? Ce sont des YouTubeurs qui diffusent des vidéos dans lesquelles… ils ouvrent des boîtes. Si vous souffrez d'insomnie, c'est plus efficace qu'un somnifère. Mais ne rigolez pas, il y a plein de gens qui regardent cela, pour trouver des sites où commander gratuitement des échantillons, soit pour que leurs bambins aient des gommettes gratuites à coller partout, soit pour récolter des échantillons de marque dans l'espoir de dénicher un collector. Voici quelques petits exemples de ce business, où chaque YouTubeur rêve secrètement de faire suffisamment de vues pour vivre de son activité.






  2. Les bons plans gratuits, qui recensent toutes les offres découverte : après YouTube, voici TikTok, sur lequel les ados s'échangent tous les bons plans pour se faire imprimer cartes de visite ou flyers gratis… Avec là aussi, l'espoir de faire tellement de vues qu'ils pourraient devenir la nouvelle star. Si vous avez TikTok, tapez "carte de visite" dans la recherche… 
 



Ajoutez à cela les sites qui recensent les codes promos, et vous commencez à avoir un idée du problème…

Une activité qui peut coûter cher aux imprimeurs

Au-delà des interrogations que suscite cette quête d'influenceurs YouTubesque ou TikTokesque, cette activité pose plusieurs soucis aux imprimeurs :

  • si vos échantillons gratuits sont détectés, vous risquez d'être submergés par des demandes de particuliers qui le plus souvent, ne vous achèteront jamais rien. Au mieux ils parleront de vous… mais à d'autres particuliers, qui ne seront motivés que par échantillons. Echantillons qui généralement coûtent chers à fabriquer et à expédier, et dont la gestion occupe votre service client
  • si c'est votre promo de bienvenue qui est détectée, là aussi, deux soucis : soit les conditions sont clairement définies, et vous pourrez éventuellement filtrer les demandeurs, mais au prix d'une surcharge du service client et de nombreux mécontentements… Si vos conditions promotionnelles sont floues, vous devrez offrir des produits imprimés "gratos" à une clientèle qui n'achètera jamais rien chez vous… 
Dans les deux cas, c'est votre marge qui s'envole, sans compter le stress et la surcharge des équipes clients, et la pollution de votre base client.

Quelles parades ?

Pour vous préserver de ces risques, il faut commencer par suivre précisément les demandes d'envois d'échantillons. Je préconise souvent de suivre le ratio "envois échantillons / clients actifs". S'il se met à augmenter soudainement, c'est qu'il y a un loup… Une recherche rapide sur YouTube, Google ou les réseaux sociaux vous aidera à trouver où on parle de vous. N'oubliez pas non plus de demander à des demandeurs "suspects" (profil inhabituel par rapport à votre clientèle) où ils ont entendu parler de vous.

Ensuite, je vous recommande d'imposer des règles aux échantillons, de façon à constituer une barrière à l'entrée : par exemple, vous pouvez les présenter à un prix qui sera déduit de la seconde commande. C'est généralement dissuasif. J'insiste sur la deuxième commande, car la première est souvent offerte chez beaucoup d'imprimeurs en ligne, grâce aux remises de bienvenue. Si votre clientèle est professionnelle, vous pouvez également indiquer dans les conditions que vous réservez son envoi aux professionnels dont le SIRET a été validé.

Enfin, concernant les remises de bienvenue, je ne saurais que trop vous conseiller de "blinder" les conditions d'utilisation, pour exclure certains usages ou typologies qui ne correspondent pas à vos user-personas.

Derniers points : vous devez limiter la vente aux majeurs, en demandant la date de naissance. Cela vous permettra aussi de filtrer certaines demandes émanant de réseaux comme TikTok.

______ 

Si vous ne faites rien, et que vous la jouez "open bar", il vous sera difficile de refuser certaines demandes, même si vous savez qu'elles ne déboucheront sur aucune commande. Avec la puissance des réseaux sociaux, vous pouvez rapidement être confronté à une vague difficile à gérer, et qui va vous coûter un max…

Donc prudence avec les offres de bienvenue trop ouvertes et avec les échantillons pas assez restrictifs…


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Qui est Apollo Global Management, le fonds qui vient d'investir 300 millions d'euros dans Cimpress ?

Le ROAS du print (mailing, asile colis…) est 3 à 10 fois supérieur à celui de Google Ads, Facebooks Ads ou du cold emailing