L'imprimeur de proximité, l'alternative à l'überisation de la logistique du dernier kilomètre…

 
Le grain de sable de la belle mécanique du e-commerce, tout le monde le sait, c’est le fameux « dernier kilomètre ». Cette étape ultime de la chaîne logistique qui se déroule entre l’entrepôt et le destinataire est déterminante, car elle conditionne la réussite ou l’échec de la commande. Et elle influe considérablement la satisfaction – ou l’insatisfaction – des clients. Depuis plusieurs années, les transporteurs ont de plus en plus de difficultés à assumer de façon fiable cette dernière étape, et la crise sanitaire a engorgé les flux logistiques dans plusieurs régions.
 
Les choix économiques de certains transporteurs sur précisément ce dernier kilomètre impactent leur fiabilité : nous avons toutes et tous en tête l’image de ces fourgonnettes cabossées, roulant à vive allure dans des quartiers résiduels, avec la douce mélopée de Jul sortant plein pot de l’autoradio… Sans oublier les appels préalables des livreurs, pas toujours polis. A force de sous-traiter l’acheminement des colis à des indépendants payés à la tâche, qui parfois sous-traitent à leur tour la conduite des fourgons, sans être très regardant sur les références ou le sérieux de leurs personnels. Récemment, près de chez moi, la gendarmerie a contrôlé un livreur express à 150 km/h sur une départementale, sans permis et sous stupéfiants… [source France Bleu]
 
On le sait moins, mais cette étape du dernier kilomètre est aussi la plus coûteuse en « poids » dans les frais logistique [source Rungis International]. Sans oublier les coûts cachés des non-livraisons, des retours plus ou moins fantaisistes (le fameux « destinataire absent » alors que vous êtes chez vous) ou des colis explosés. L’imprimerie ajoute une contrainte additionnelle à ces questions logistiques communes à tout le e-Commerce : le papier est lourd, volumineux et fragile s’il est exposé aux éléments. Les produits de grand format nécessitent aussi un soin particulier dans le transport.
 
A l’heure où les litiges de transport se multiplient, et où tout le monde s’interroge sur la pertinence de faire voyager des palettes d’imprimés sur de grandes distances, le nouveau modèle du Cloud Printing présente un triple intérêt :
  • résilience : en dispatchant les commandes sur un réseau de sous-traitants, l’opérateur de Cloud printing crée un maillage qui offre une plus grande résistance face aux crises ou aux problèmes logistiques
  • impact environnemental réduit : lorsque ce sont les données qui voyagent plutôt que les palettes, l’impact carbone se réduit
  • logistique : quasi tous les imprimeurs disposent de leurs propres moyens de livraison, de la voiture du commercial au fourgon plus ou moins long, c’est souvent le moyen le plus efficace d’acheminer des gros colis directement chez le client
Et oui… l’imprimeur de proximité peut devenir une composante-clé de la chaîne logistique de l’imprimerie en ligne à l’échelle mondiale, en garantissant une livraison de qualité, soignée et adaptée à l’imprimé ou au grand format. Une alternative intéressante aux chaînes logistiques saturées de la première génération du e-Commerce.
 
 
 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Le ROAS du print (mailing, asile colis…) est 3 à 10 fois supérieur à celui de Google Ads, Facebooks Ads ou du cold emailing

Actu people : Michel-Edouard Leclerc et Isa, c'est fini !!!!!