Accéder au contenu principal

Il est temps de donner aux marketeurs les armes dont ils ont besoin

J'ai toujours été frappé par le peu de moyens dont disposaient les services marketing avec lesquels j'avais pu avoir affaire. Je ne sais pas comment ça se passe de votre côté, mais j'ai le sentiment qu'Excel et Powerpoint constituent les 2 outils majeurs du marketeur moderne, qui déploie des trésors d'inventivité pour faire face à toutes les demandes qu'il peut recevoir quotidiennement.

Sauf que... aujourd'hui, ça craque de partout. On en demande toujours plus au marketing, on exige des résultats, on veut des économies, on réduit les budgets...
Alors il est temps de donner aux marketeurs des outils à la hauteur des ambitions des marques.
En marketing, on passe son temps à gérer des projets de tailles variables, du plus microscopique au plus ambitieux. Préparer un salon, c'est un projet. Planifier et exécuter une campagne de pub, c'est un projet. Mettre au point une stratégie produit, c'est un projet.

Il faut donc déployer des outils de gestion de projet, et former les professionnels du marketing aux méthodes de nouvelle génération qui font leurs preuves dans l'édition de logiciels. J'en parlais dans un précédent billet, je suis par exemple convaincu que Scrum a toute sa place dans le marketing et la communication. Ce type de méthode ferait gagner en efficacité et en performances bon nombre de services marketing, que ce soit dans leur fonctionnement interne ou dans la gestion de leurs relations avec leurs fournisseurs.
IceScrum, par exemple, pourrait facilement être "détourné" de sa vocation originale pour animer jour après jour les tâches d'un département marketing, que ce soit dans une grosse entreprise ou dans une PME. Après tout, le pilotage de la publication d'un catalogue, ce n'est qu'une foule de micro-tâches qui se cumulent sur une période donnée.

Les marketeurs et les pubards ont la réputation d'être stressé(e)s. Je pense que cela tient essentiellement au fait qu'ils sont démunis face à l'immensité de la tâche qu'il leur incombe. Du coup, ils compensent le manque de moyens, de ressources et de méthodes par une énorme quantité de travail. Et de stress.

Je l'évoquais en début de billet, mais j'ai toujours été surpris par l'inventivité et la débrouillardise dont ils font preuve ; c'est vrai, ils arrivent à faire à peu près tout et n'importe quoi avec Excel et Powerpoint : plannings, burndown chart, gestion de chemin de fer, wireframe, zoning, base de données, fichier client... avec un peu d'imagination, BEAUCOUP de temps et 2-3 ulcères, il est vrai qu'on y arrive.

Les financiers ont l'ERP, les commerciaux le CRM, la prod a son PLM... les marketeurs, eux, n'ont rien. Il est urgent que cela change, car il n'est plus possible de faire face à toutes les demandes en se contentant de tout bricoler à la main.

Gérer une marque, centraliser le patrimoine numérique, alimenter les canaux de diffusion, préserver l'intégrité du message, réagir en temps réel face aux menaces ou aux opportunités qui surgissent des réseaux sociaux, alimenter le "pipe" commercial... tout cela exige désormais des outils adaptés. Des outils qui permettent de centraliser, de valider et de démultiplier sa puissance de feu en automatisant la majorité des processes qui chronophages. Il faut pouvoir faire mieux et plus sans accroître les équipes, ce qui est possible grâce à la nouvelle génération de logiciels qui est en train d'émerger. Ces outils permettent enfin de se concentrer sur les tâches à haute valeur ajoutée, en supprimant tout ce qui est répétitif et en facilitant un contrôle et une supervision de tous les instants.
Et au-delà de l'outil, il faut accompagner cette mutation par de nouvelles méthodes, pour appréhender plus finement les enjeux du marketing moderne.

Il est temps que le marketing fasse sa révolution culturelle. Fort heureusement, les solutions sont là, et les réponses existent... il ne vous reste plus qu'à franchir le pas.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…