Accéder au contenu principal

L'affaire Megaupload peut-elle nuire au Cloud en général ?

Megaupload... tout le monde en parle depuis que le FBI a fermé les portes de ce service de partage de fichiers. La fermeture a été motivée parce que le service avait sciemment été détourné pour servir de plateforme de partage de fichiers piratés.
Toutefois, cette fermeture pose plusieurs questions.
Tous les clients de Megaupload n'étaient pas des pirates. Un certain nombre d'entre eux se servait de Megaupload pour sa fin première : le stockage de fichiers en ligne. Photos personnelles, documents, sauvegardes, de nombreuses familles et PME avaient souscrit un abonnement pour mettre leurs données importantes à l'abri.

Depuis l'arrêt de Megaupload, leurs données sont inaccessibles, mais pire encore, il se pourrait qu'elles disparaissent sans possibilité de restauration.

Aussi cette affaire pose-t'elle le problème de la propriété des données et de la souveraineté sur le Cloud. Imaginons un jour, que pour une raison X ou Y, la même chose arrive à... Google Docs !
Les conséquences seraient dramatiques pour des milliers d'entreprises dans le monde.

Ce n'est plus le battement d'ailes du papillon, mais plutôt le crissement des menottes qui déclenche une tempête à l'autre bout du monde.

En matière de stockage de données sur le Cloud, il y a désormais urgence à statuer sur deux points :

  • contraindre les services d'hébergement quels qu'ils soient (hébergement pur, ou webapps) à proposer systématiquement un mode off-line dans lequel une copie des données est stockée sur le poste client, de manière à garantir une continuité de service
  • obliger d'une manière ou d'une autre ces services à garantir une possibilité de récupération des données, y compris en cas de faillite (rappelons que le fait que les utilisateurs de Megaupload ne puissent plus accéder à leurs données n'est pas le fait du FBI, mais est la conséquence du blocage des comptes bancaires qui du coup, gèlent le paiement de l'hébergement des serveurs). Des assurances spécialisées devraient produire ce type de service
Au niveau de l'utilisateur, cette affaire, ainsi que l'incidence du Printemps Arabe sur les sites en .ly démontre qu'une fois de plus, cloud ou pas cloud, la prudence est mère de sûreté : stocker ses données importantes en ligne offre une excellente sécurité, mais il ne doit pas s'agir de votre seul recours. Vous devez disposer de copies physiques accessibles rapidement, y compris en environnement dégradé (perte de connexion Internet).

Personnellement, quand des ami(e)s chefs d'entreprises ou autoentrepreneurs m'interrogent sur le sujet, je leur conseille une procédure de sauvegarde double :
  • sauvegarde en continu via des services en ligne comme iDrive
  • sauvegarde physique sur disque dur externe, sur lesquels on procède à une rotation : disque 1 le lundi, pendant que le disque 2 est à la maison ; disque 2 le mardi, pendant que le disque 1 est à la maison... et ainsi de suite. 
Ainsi, à peu de frais et sans que ce soit trop lourd à gérer, on dispose :
  • d'une sauvegarde sur site, pour pallier au crash d'une machine
  • d'une sauvegarde en ligne,accessible de n'importe où, pour pallier à un incendie ou un cambriolage
  • d'une sauvegarde hors site pour pallier au scénario catastrophe : perte de machines et de connexion Internet

Commentaires

  1. feyrisa@hotmail.fr8 février 2012 à 15:46

    Pourriez vous donner plus d'informations concernant les impacts au niveau du Cloud Computing ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…