Accéder au contenu principal

Pinterest. Le visuel comme moteur d'enrôlement social.

Pinterest, on en parle, on en parle. Alors forcément, j'ai testé.
Pour l'instant, l'inscription se fait sur invitation, mais bon, il n'est pas trop difficile d'en obtenir une.


J'avoue que j'ai été un peu dérouté au début, je n'ai pas compris immédiatement ni à quoi ça servait, ni comme ça fonctionnait. Et puis rapidement, j'ai compris.

Pinterest est à l'exact opposé de Twitter : le petit oiseau bleu repose sur une logique de partage de messages courts, accompagnés de liens. Du coup, on obtient un réseau hyper-dynamique, mais un peu "sec" en terme de contenus, très proche du SMS.

Les créateurs de Pinterest sont partis du paradigme inverse : ils considèrent que les internautes partagent avant tout des visuels, images ou vidéos. Le visuel, le beau, le graphique, deviennent les moteurs du partage.
Et force est de constater que ça fonctionne plutôt bien. J'ai été bluffé par la facilité de navigation, et la pertinence de la présentation : suivant le thème choisi, Pinterest offre à nos yeux une jolie balade visuelle.



Lolcats, pubs du SuperBowls, faceplants, mais aussi belles images, photographies, visuels de produits... tout est image sur le web. Pinterest permet ainsi de créer facilement des "murs" thématiques, et des les alimenter seul ou à plusieurs, juste en "pinant" (désolé) des contenus croisés au gré de vos promenades. On sent que tout a été pensé à l'heure du tactile : interface minimaliste, fluide et sobre, scroll infini... une magnifique invitation à la balade et à la rêverie.

Et bien sûr, comme dans Tumblr ou Twitter, les contenus les plus pinés (re-désolé) sont remontés dans un Top 10 en page d'accueil. Bien sûr, on peut lancer des recherches par mots-clés...
Tous les outils sont là, mais étonnamment, le fait de tout centrer sur le visuel, présenté de façon harmonieuse,  repose l'esprit. L'absence, ou plutôt, le peu de texte rend les écrans de Pinterest extrêmement reposants. J'ai eu l'impression de faire travailler d'autres parties de mon cerveau, c'est pour vous dire...

En ce qui me concerne, et contrairement aux chantres du web 2.0 qui annonce que ce new-comer va détrôner Twitter, Facebook et Google Plus réunis, je ne trouve pas Pinterest révolutionnaire. Je le trouve juste malin, et bien fait, centré sur la qualité et le design.

Je suis plus dubitatif sur l'évolution de Pinterest dans la durée : pour l'instant, c'est beau car seuls les early-adopters s'en sont emparés, et restent fidèles à l'esprit originel. Quand le grand public va le découvrir, je ne suis pas sûr que le niveau actuel de qualité soit préservé. J'attends avec impatience le dashboard Pinterest de Jacky Touch...

Je ne crois pas non plus que l'objectif ultime de Pinterest soit le partage d'images. Certes, il y a de quoi bousculer Flickr, et même Youtube, le mode de navigation proposé par Pinterest étant bien plus agréable et clair. Je pense plutôt que l'avenir de Pinterest se situe dans le e-Commerce ; je trouve qu'il s'agit d'un moyen fantastique pour sélectionner des produits, les mettre en valeur, créer des listes d'envie... bref, une nouvelle manière de consommer les produits du web. Je suis prêt à parier que dans les mois qui viennent, Pinterest va s'enrichir de fonctions permettant de remonter des infos tarifaires et textuelles en plus des photos, et proposer ainsi une nouvelle façon d'explorer des produits, via leurs photos et leurs vidéos. Plus qu'une révolution de l'indexation de l'image, je pense que Pinterest révolutionne le cataloguage des visuels, quels qu'ils soient.

En tout cas, cette initiative a le mérite de remettre la qualité visuelle au premier plan. Les photographes vont se réjouir.

C'est d'ailleurs surprenant - et rassurant - de voir à quel point après plusieurs années de "tout-venant" en matières de contenus, le web s'oriente aujourd'hui vers des contenus de qualité : l'internaute recherche avant tout de la qualité de contenu, qu'il s'agisse d'articles de blogs, d'avis d'experts, de photographies ou de vidéos...
Après l'ultra-quantitatif, voici venu le temps du qualitatif et de l'exclusif. Il était temps. 

Commentaires

  1. Je suis assidument votre blog et trouve vos critiques très pertinentes.

    Je suis un des fondateurs de getVega.com et cela nous serait très utile d'avoir votre retour sur ce service que nous venons de lancer en public.

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, avec plaisir. Vous pouvez me joindre sur mon mail perso martin.ludo(at)orange.fr

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…