Accéder au contenu principal

Réseaux sociaux : savoir être sélectif et rester maître de son univers

Les réseaux sociaux constituent un vivier d'idées et d'opportunités. Ils sont également un formidable trou noir qui peut aspirer toute votre énergie et tout votre temps.
J'avais souvent l'impression d'être à la traîne... de voir de nouveaux réseaux se lancer et d'avoir le sentiment de rater quelque chose d'important. Ce sentiment s'est renforcé par l'arrivée de Klout, qui mesure votre niveau d'influence. Sauf que Klout base une partie de son calcul sur le nombre de réseaux sur lequel vous êtes présent ; donc forcément, on se dit qu'on est un gros nullard parce qu'on n'est pas présent sur tel ou tel réseau.

Depuis plusieurs mois, j'ai donc décidé de prendre du recul par rapport à l'immédiateté et à l'urgence que génèrent les réseaux sociaux. Et de faire le ménage.
Que l'on soit community manager, entrepreneur, marketeur ou simple individu, je crois qu'il ne faut surtout pas chercher à être partout. Il ne faut pas se laisser guider par une meute de chiens fous qui se reproduisent comme des lapins. Vous devez tenir vos réseaux en laisse, et leur apprendre le caniveau ;-)
En d'autres termes, il en est pour les réseaux sociaux comme pour n'importe quel autre outil : définissez votre stratégie et vos objectifs, puis en fonction de ça, choisissez les outils les mieux adaptés.
Personnellement, je privilégie 4 réseaux :

  • Blogger, pour publier mes articles et alimenter mon flux RSS. 
  • Twitter comme fil d'information et d'échange. Mais là aussi, j'ai réduit ma liste d'abonnements, et j'essaye de prendre du recul face à l'avalanche d'informations qu'il entraîne. J'accepte l'idée de louper des infos... ça peut paraître bête, mais c'est indispensable si on veut éviter d'être rivé à son TweetDeck toute la journée (des fois, je me demande même si je ne vais pas arrêter Twitter car il devient extrêmement consommateur de temps ; mais bon, c'est un autre débat) ;
  • Viadeo pour le réseautage (même si progressivement, je "migre" sur LinkedIn qui me semble prendre le pas sur son concurrent)
  • Pinterest, tout simplement car il me permet de centraliser les images et vidéos que je trouve intéressantes sur le sujet du web-to-print ; et encore, je n'utilise qu'un seul board, et je délaisse les fonctions de réseautage interne. Je ne m'en sers que comme d'un bookmarktlet partagé.
Et ça s'arrête là.
Facebook ? Google Plus ? StumbleUpon ? Tumblr ? FourSquare ? Flickr ? Netvibes ?
Bien sûr, je suis allé voir, pour comprendre et pour veiller. Mais à titre personnel, je n'ai pas trouvé qu'ils répondent à l'un de mes objectifs. Donc je ne m'en sers pas. Je ne dis pas qu'ils sont inutiles. Ils me sont inutiles à moi.
Je me concentre sur les outils qui m'apportent réellement quelque chose.

Si l'un d'entre eux venait à s'améliorer ou à s'enrichir au point de remplacer un de mes outils actuels, alors peut-être que je migrerai vers lui. C'est ce que je pensais de Tumblr par exemple ; au début, il me semblait vraiment prometteur, plus pratique que Blogger. Je l'ai testé pendant un mois, puis j'ai fait une analyse bénéfices / risques. Et j'ai constaté que Blogger était bien plus performant que Tumblr, que j'ai abandonné immédiatement.

Donc si vous vous sentez déprimés par tous ces nouveaux réseaux, que vous avez peur d'être has-been parce que vous n'utilisez pas le dernier réseau à la mode, que vous vous sentez étouffés par la masse d'information qui vous tombe dessus... Dites-vous que 1) vous n'êtes pas seul 2) des solutions existent, à condition d'accepter et de revendiquer que non, vous ne serez pas partout. Vous serez uniquement là où bon vous semble. Et que vous êtes l'unique maître de votre univers.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…