Accéder au contenu principal

Logo Windows 8 : la fin de l'ère "glossy 2.0" ?

Le web bruisse de rumeurs évoquant le nouveau logo Windows 8 de Microsoft. Voici à quoi il ressemblerait. J'utilise le conditionnel car pour l'instant, je ne pense pas qu'il y ait de confirmation officielle.


Personnellement, je le trouve très réussi. Très sobre, minimaliste, très "école suisse". Des formes carrées, une typo simple, sans empattement, un message clair, et un clin d'oeil au premier logo de la marque.






Mais, mais... dites-moi : une seule couleur, des formes simples, des lignes droites, pas d'effets dans tous les sens ? Ce changement ne marquerait-il pas la fin de l'ère "web 2.0" du design... Franchement, je ne vais pas la regretter. Les reflets à mort, les couleurs dégradées, les formes sophistiquées, les typos alambiquées, et plus que tout... les effets glossy genre-je-fais-comme-Apple... Rahhhh, non je ne regretterai rien de ce design-bésité.

Un joli coup de la part de Microsoft, très proche d'ailleurs de l'esprit graphique de Windows Phone. Aplats, bonne utilisation du blanc, sobriété... une belle illustration de la simplification des interfaces et de la volonté de légèreté recherchée par Microsoft. Et également une manière originale de se démarquer d'Apple.

Espérons que les graphistes suivront.

Via Clubic et LogoDesignLove

Commentaires

  1. Tout cela me rappele la théorie des cycles entre périodes "baroques" et "classiques" dans l'Art. Ton exemple le montre d'ailleurs fort bien. A des moments le design passe par une cure d'austérité à la suisso-japonaise puis se renouvelle à la sauce sino-mexicaine avant de revenir à nouveau de ses excès et puis finalement de s'extraire de son ennui une nouvelle fois.
    Tout cela est très cyclique.
    Ce qui m'attristait in fine dans l'époque 2.0, c'est qu'on en venait à utiliser des formes et des couleurs plus pour faire genre "je suis bien dans mon époque" que pour donner du sens.
    A la limite, si on s'extrait de cette logique, tant mieux !

    RépondreSupprimer
  2. Moi, je compare le design 2.0 au tuning. Au départ on a de grands designers œuvrant pour de grandes marques : Apple avec sa charte Aqua, ou Audi avec ses phares à led qui sont de toute beauté. Et puis là, tout le monde veut copier... Mais sans le talent ni les moyens. C'est comme ça qu'on se retrouve avec du reflet beurk et des pseudo reliefs à la noix partout pour faire comme tu le dis. Ou avec des phares à LED sur un Renault Master ou une BX. L'avantage avec ce design minimaliste, c'est qu'il incite à la sobriété. Mais bon je ne suis pas objectif, je suis réellement fan de l'école suisse.

    RépondreSupprimer
  3. D'ailleurs, je pense que cette évolution vers de l'anti-glossy se retrouve dans l'automobile. On est passé des effets de laque à piano, inspirés par les produits Apple, à du mat voire du super-mat.
    Le brillant est donc has been en 2012.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !