Accéder au contenu principal

Tablettes : Aquafadas rend Motion Composer compatible avec son Digital Publishing System



Les montpelliérains d'Aquafadas viennent encore de frapper un grand coup. Depuis des années, ils s'évertuent à mettre au point des applications simples et efficaces, à haut niveau de rendement... Comprenez par là que les applis Aquafadas sont réputées pour permettre de produire des résultats professionnels et créatifs en peu de temps et avec très peu de connaissances techniques.
Depuis plusieurs mois, Aquafadas s'intéresse au print, ou plutôt, à cette intersection entre print et numérique que constituent les tablettes.
Conscients que les applications dédiées aux tablettes sont souvent conçues par des graphistes issus du print, les équipes d'Aquafadas ont commencé par mettre au point des plugins Indesign et Quark Xpress pour permettre à cette cible de mettre au point des apps pour tablettes depuis leurs logiciels de PAO fétiches.
Et sans complexifier à outrance le procédé.

En parallèle, considérant l'essor du HTML5, Aquafadas s'est dit qu'il y avait probablement un marché pour des applications d'animation simples à utiliser, destinées à générer des bannières ou des slideshows sympa sans débourser une ligne de code. Là encore, c'est le profil des graphistes allergiques au code qui est visé (et j'en fais partie, voire je le revendique).
Motion Composer s'est ainsi avéré bluffant à utiliser, car il permet de produire des animations très avancées dans une interface aussi simple que PowerPoint.
Il est d'ailleurs intéressant de noter qu'Adobe travaille sur un outil similaire (Edge), la promesse du "sans écrire une ligne de code" semble donc pertinente pour une clientèle prête à débourser quelques euros pour gagner en productivité.

Dans un souci de simplification et de démultiplication des possibilités, Aquafadas va aujourd'hui plus loin, en permettant de récupérer dans Digital Publishing System des animations créées depuis Motion Composer.
Cette intégration comble ainsi une lacune causée par l'absence d'outil d'animation à proprement parler dans les logiciels de PAO (ce qui est logique soit dit en passant).

Quel intérêt me direz-vous ?
Je vais prendre un exemple. Vous créez sous Quark Xpress ou Indesign une version optimisée pour tablettes de votre magazine, sans taper une ligne de code.
Le "risque", c'est d'obtenir au final un rendu trop "papier", trop linéaire pour une tablette... Là où vous n'avez qu'une image dans la mise en page papier, il serait probablement pertinent de proposer une animation, un diaporama ou un slider... Mais c'est difficile à faire dans votre logiciel de PAO.
Mais pas de panique : vous créez ce contenu dans Motion Composer, et là vous vous lâchez sur les effets. Et ensuite, vous incorporez ce petit bout d'animation dans votre mise en page. Au final, vous obtenez le croisement du meilleur des 2 mondes : une mise en page harmonieuse et pro. grâce à votre logiciel de PAO et aux possibilités de Digital Publishing System... et des effets d'animation avancés hérités de Motion Composer. Bref, une vraie mise en page enrichie, avec un véritable différenciateur entre print et digital.
Tout cela pour le plus grand bonheur de vos lecteurs.

Je salue cette initiative qui comblera de bonheur, j'en suis sûr, un grand nombre d'indépendants ou de petites agences qui recherchent une solution simple et productive pour adresser correctement les demandes liées aux tablettes. Et qui plus est, s'adapte à leur outil de travail quotidien, puisqu'elle est compatible Quark Xpress et Indesign. La classe.

Plus d'infos sur : http://blog.aquafadas.com/events/creating-apps-with-rich-content-without-the-production-of-a-single-line-of-code/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Aquafadas_Blog+%28Aquafadas+Blog%29

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…